Centre

Propriété de la Ville, le bâtiment abandonné et classé souffre de détérioration

Elle s'était faite discrète, l'ancienne poste, depuis le temps. Le bâtiment, dont l'enveloppe extérieure est classée, avait été racheté par la Ville de Braine en 2011. Tout comme l'ancienne maison du docteur Mauroy. À l'époque, la majorité emmenée par Jean-Jacques Flahaux nourrissait d'ambitieux projets de revitalisation urbaine pour le quartier de la Grand-Place. Des projets qui n'ont pu aboutir jusqu'à maintenant.

L'ancienne poste, toujours propriété de la Ville, prend depuis la poussière. Mais voilà qu'elle s'est rappelée au bon souvenir des Brainois de façon impromptue mardi soir. Des débris de bois vermoulu sont tombés de la toiture. On parle même d'un bout de corniche. Si bien que les autorités communales ont immédiatement dressé un périmètre de sécurité devant le bâtiment.

"C'était la première mesure à prendre dans l'immédiat", indique l'échevin des Travaux, André-Paul Coppens. "Des experts vont maintenant devoir déterminer la cause du problème. L'enveloppe extérieure étant classée, nous allons travailler avec une entreprise agréée. Quand la cause des dommages aura été déterminée, nous devrons à nouveau repasser par la Région wallonne avant les réparations, avec la possibilité d'obtenir des subsides."

L'échevin des Travaux y voit la possibilité de faire avancer le dossier. "C'est vrai que ce bâtiment attend une nouvelle affectation depuis longtemps", poursuit André-Paul Coppens. "Il était tout de même chauffé au minimum en hiver pour éviter de trop grandes détériorations. Ici, ces problèmes de corniche, qui ne sont pas très graves finalement, sonnent comme une piqure de rappel. Je n'irais pas jusqu'à dire que j'en suis heureux, car ce n'est jamais agréable de travailler dans l'urgence. Mais ça va nous donner l'occasion d'intervenir."

Des petits travaux en attendant un chantier de plus grande envergure ? La réaffectation de l'ancienne poste devait s'inscrire dans le plan de revitalisation urbaine. S'inspirant de Soignies et Nivelles, l'ancien bourgmestre Jean-Jacques Flahaux rêvait même de rendre la Grand-Place piétonne en aménageant un parking sous-terrain. Depuis, la Ville de Braine est passée sous CRAC et l'ambitieux projet est resté lettre morte. "Ce projet n'a pu aboutir et sous CRAC, les investissements communaux sont plus limités", confirme Bénédicte Thibaut, bourgmestre faisant fonction. "L'espoir pourrait venir d'un partenariat public-privé. Des discussions sont en cours, mais il est encore trop tôt pour en parler. Tout cela doit encore se concrétiser."