Centre

Sous cette mandature, le MR de Bénédicte Poll s'était allié avec AC+ de Gaëtan De Laever

Sous cette mandature, MR et AC+ ont travaillé conjointement et semblent satisfaits du travail accompli. Mais ce dimanche, le choix des électeurs primera et les partis n'auront peut-être pas d'autres choix que de se mettre autour de la table pour évoquer de potentielles coalitions. À quelques jours du scrutin, aucun choix n'est fait ou définitif.

Mieux encore, aucune animosité ne semble animer les partis. « Pratiquement 90 % du contenu des programmes est comparable. Je ne pense pas qu'il sera question de parti, ce sera plutôt un choix de personne. Jusqu'ici, nous avons travaillé sereinement avec AC+ mais nous tiendrons compte du choix de l'électeur. Aucune porte n'est fermée », indique la bourgmestre sortante, Bénédicte Poll (Liste de la Bourgmestre).

Le discours est pour ainsi dire le même du côté de l'actuel partenaire de majorité. « Nous n'avons aucune exclusive, nous avons des affinités avec tout le monde. Mais ce n'est pas toujours une question de personnes, c'est aussi une question de méthode. Nous attendons de toute façon le choix de l'électeur pour entamer les discussions », explique Gaëtan De Laever (AC+)

Les violons s'accordent toujours puisque Ecolo confirme que l'entente entre partis est bonne. « Nous n'avons aucun a priori, seules les possibilités de faire respecter notre programme seront importantes. Nous discuterons et en fonction du choix des électeurs, nous pourrions partir avec l'un ou l'autre parti. »

Du côté du PS, principal opposant à l'équipe de Bénédicte Poll, on concède que « de nombreux points de programme convergent entre les quatre formations politiques. » Mais les socialistes font aussi le pari « qu'aucune majorité absolue ne se dessine à la sortie des urnes ce dimanche. » Si tel était le cas, les discussions devront être entamés. « Nous discuterons avec chaque formation. Je prônerai pour une alliance la plus large possible, qui rassemble le plus de sièges. La dernière majorité à 11 sièges était vraiment trop juste. Mais ce qui sera le plus important, c'est la manière de respecter les citoyens », conclut Michaël Carpin.