Centre

Le 13 octobre, des associations relieront la Cité de l'Amour à celle du Doudou pour défendre l'accès aux soins de santé

Début octobre, la LUSS, ligue des usagers des services de santé, organise en partenariat avec de nombreuses associations une grande marche pour l’accès aux soins de santé. Le 13 octobre, la sixième et dernière étape de cette manifestation reliera Ecaussinnes à Mons.

L’objectif est clair, sensibiliser le monde politique et le grand public à la santé pour tous. "Cet événement hors du commun sera l’occasion de faire vivre le mémorandum rédigé en vue des élections communales et provinciales d’octobre prochain", précise la LUSS.

À travers des heures et des heures d’échanges et de débats, la ligue et de nombreuses associations de patients et de proches ont en effet accouché d’un mémorandum destiné aux communes et aux provinces. Si la santé apparaît à première vue comme une compétence relevant du fédéral, le mémorandum pointe toute une série de mesures que les pouvoirs locaux pourraient prendre pour faciliter l’accès aux soins.

Le mémorandum invite ainsi les communes à veiller à la qualité de l’environnement, notamment par le développement de la mobilité douce. L’octroi de permis pour des entreprises aux activités polluantes est également pointé du doigt. Le mémorandum souligne aussi que les communes et les provinces disposent de nombreuses compétences pour promouvoir la santé et mener des actions de prévention. L’accès à l’information est en outre un facteur essentiel sur lequel peuvent agir les pouvoirs locaux.

Et c’est donc pour donner un large écho à ce combat que la LUSS et ses associations partenaires prendront la route. Parrainée par Franck Duboisse (photo), champion du monde de parakaté, la marche passera notamment par Flémalle, Namur, Schaerbeek ou encore Nivelles. Le 13 octobre, le rendez-vous est donné à 10 heures sur la Grand-Place d’Ecaussinnes. L’arrivée se fera à Nimy aux alentours de 16 heures. De nombreuses animations sont prévues, avec notamment un rallye de voitures anciennes, des concerts ou une scène ouverte pour partager les initiatives citoyennes.

"Chacun est libre de parcourir le nombre de kilomètres qu’il veut, la seule contrainte étant de prévoir son retour", conclut la LUSS.

G.La