Centre Les travaux ont pris du retard mais devraient aboutir d'ici la fin du mois d'octobre.

Les ouvriers et les pelleteuses s’activent actuellement sur le plateau de la rue de la Malaise. Le tant attendu terrain synthétique de l’AC Morlanwelz devrait être totalement terminé d’ici environ deux mois. « Actuellement, les ouvriers finalisent l’étape qui consiste à installer un réseau de drainage », précise Nébih Alev (PS), échevin des sports. « Dès la semaine prochaine, ils pourront débuter la phase d’empierrement. »

Il faudra cependant encore patienter quelques semaines avant de voir une belle pelouse verte recouvrir le terrain. « Il faut d’abord faire les installations électriques et l’éclairage tout autour du terrain. Ensuite, différentes sous-couches seront placées. Puis les ouvriers se chargeront des abords du terrain avec des bordures. »

Ce n’est donc qu’en étape ultime que le gazon synthétique sera placé. « Des grosses machines doivent encore passer à cet endroit donc c’est préférable d’installer la pelouse une fois que toutes les autres étapes sont terminées. Le facteur météo jouera fortement donc c’est difficile de donner une date. Mais, selon l’entrepreneur, ça pourrait être fini pour la fin du mois d’octobre. Si c’est avant, tant mieux », espère Nébih Alev.

© DR

Un petit retard est donc à déplorer par rapport à l’objectif initial d’être prêt pour la rentrée et la reprise de la saison de football. « Le permis d’urbanisme pour rehausser le terrain de 40 centimètres a été attribué juste avant les congés du bâtiment. Il a donc fallu attendre pour remettre en route le chantier. »

Mais ce problème n’était pas le seul. « Au départ, on ne savait pas que le terrain était pollué », poursuit l’échevin. « Nous avons donc dû dépolluer des terres et faire des analyses pour connaître le taux de pollution. Heureusement, nous étions bien en-dessous des limites. »

C’est ensuite la pelouse en elle-même qui a posé problèmes. On craignait que des petites billes en caoutchouc présentes sur la surface du terrain soient cancérigènes. « Nous avons demandé une analyse des matériaux utilisés. Il s’avère qu’ils sont dans les normes légales. Il n’y a donc aucun danger pour la santé des sportifs. »

© DR