Centre

En 2013, des aménagements avaient été réalisés. Sauf à la rue de l’Avedelle

Des riverains de la rue de l’Avedelle à Écaussinnes n’en peuvent plus. Ils ont subi des inondations à répétition ces deniers jours à cause des orages. Et pour cause, l’endroit est situé dans une cuvette qui récolte toutes les boues des champs situés en amont.

Alors que des orages sont encore annoncés dans les prochains jours, les autorités communales ont pris des mesures d’urgence pour répondre aux intempéries exceptionnelles. “Après une rencontre avec les fermiers concernés, nous avons procédé à l’agrandissement du fossé et au reprofilage du principal champ concerné”, indique l’échevin des Travaux, Philippe Dumortier. “Nous avons également installé des panneaux le long du numéro 28 pour canaliser l’eau sur la ruelle qui mène à la rivière, et des goulottes de canalisation des eaux dans le champ à l’arrière des habitations. Et nous avons renforcé le dispositif de sacs de sable dans les points sensibles.

Mais du côté de l’opposition, on rappelle que des mesures étaient censées avoir été prises en 2013 déjà. “ Après les inondations de novembre 2010, mai 2011 et juillet 2012, la majorité précédente avait pris contact avec le GISER”, note Sébastien Deschamps, conseiller du groupe Ensemble. “ Un rapport avait été remis à la nouvelle majorité après les élections. Je ne dis pas que rien n’a été fait. Mais visiblement, les mesures prises n’étaient pas suffisantes.

En réalité, ce rapport du GISER pointant trois zones noires. “Il y avait les rues de la Dime, de Familleureux et de l’Avedelle”, rappelle Philippe Dumortier. “Dans les deux premières, nous avons pu installer des fascines au bord des champs. Et ce dispositif a permis de limiter les dégâts lors des récents orages. Mais à la rue de l’Avedelle, les fermiers avaient refusé l’installation de fascines.

C’est bien là toute la difficulté des mesures à prendre pour lutter contre les inondations. Il n’y a pas de cadre législatif contraignant pour imposer aux fermiers l’installation de fascines ou d’autres systèmes de protection. Mais depuis 2013, il a coulé de l’eau sous les ponts. “Les fermiers de la rue de l’Avedelle sont à présent un peu plus ouverts, car nous avons déjà pu prendre quelques mesures. En même temps, avec les dernières inondations, ils ont pratiquement tout perdu”, pointe l’échevin des Travaux.

La commune est de nouveau en contact avec le GISER. De nouvelles mesures pourraient être décidées. Et imposées sous certaines conditions. En effet, dans les cas définis et répétés, le bourgmestre peut prendre un arrêté d’urgence. “C’est ce que nous ferons si c’est nécessaire” prévient le bourgmestre Xavier Dupont. “Mais j’espère que nous arriverons à une solution concertée plutôt qu’imposée.