Centre

L'échevin des Travaux fustige les méthodes du chef de l'opposition

Plusieurs membres du groupe d'opposition Ensemble ont déjà claqué la porte de la formation en pointant la personnalité de leur chef de file, Sébastien Deschamps. Cette fois, c'est un élu de la majorité qui se joint au chœur des critiques. L'échevin des Travaux, Philippe Dumortier, dénonce les méthodes de Sébastien Deschamps et nous explique en avoir déjà fait les frais, personnellement.

"Un conseiller communal se promène dans une rue et voit qu'on installe un chantier", nous raconte Philippe Dumortier. "Il prend une photo en évitant soigneusement dans son cadre les panneaux de signalisation et les ouvriers communaux. Il publie ensuite son cliché sur les réseaux sociaux en se plaignant de l'état de la voirie et indique qu'il va me contacter pour faire bouger le dossier. Le lendemain, il reprend une photo du chantier et se vante d'avoir permis le lancement des travaux. Ce conseiller, c'est Sébastien Deschamps. Et ce n'est pas une façon de faire de la politique."

Philippe Dumortier rongeait son frein depuis un moment. Mais les récentes sorties des membres d'Ensemble qui ont quitté le navire le confortent dans la vision qu'il a du chef de l'opposition. "La désertion de membres importants de son mouvement est liée au vide programmatique de son leader et à l'étouffement médiatique qu'il impose à ses colistiers", analyse l'échevin des Travaux. "En lançant mois après mois des controverses, Sébastien Deschamps est perçu comme le principal artisan des forces déstabilisantes au sein de son groupe politique. Il pratique de même en tentant régulièrement de récupérer pour lui-même les projets menés par la majorité. Même symptôme et mêmes conséquences… Lorsqu’il faisait partie de la majorité entre 2006 et 2012, les Écaussinnois ont assisté à des bagarres incessantes entre membres du Collège. Aucun grand dossier n'a pu aboutir à l'époque, à part peut-être aux travaux."

Philippe Dumortier reconnaît qu'à la tête de son ASBL Synergie Écaussinnes, Sébastien Deschamps est un excellent organisateur de manifestations. "Mais la politique, c'est autre chose. Ce n'est pas d'un autocariste dont on a besoin pour diriger la commune", nuance l'échevin. Et s'il constate que le chef de l'opposition est redoutable dans l'art de la communication, il pointe aussi des faiblesses. "Sébastien Deschamps ne tient pas la longueur dans un débat public. D'ailleurs, il vire tous ceux qui le critiquent de Facebook."

Philippe Dumortier nous précise que sa sortie n'engage que lui. Une sortie qui tombe peu de temps avant les élections et qui donne écho à des critiques déjà virulentes par d'anciens membres d'Ensemble. Mais l'échevin se défend de toute démarche électoraliste. "Sébastien Deschamps fait encore illusion auprès de nombreuses personnes. En dénonçant ses méthodes, j'espère que les électeurs mesureront les conséquences de leur acte."

"Ont-ils si peur de moi?", s'interroge Deschamps

Jusque-là assez discret par rapport aux départ de ses membres, le chef d'Ensemble a réagi aux propos de Philippe Dumortier. "À l'aube des élections communales, certaines tentent d'exister médiatiquement en s'attaquant à ma personne. Ont-ils si peur de moi politiquement qu'ils essaient de me nuire ?", demande Sébastien Deschamps. "J'invite Monsieur Dumortier à poursuivre le travail pour le bien-être des concitoyens plutôt que se lancer dans des débats stériles."

Quant au vide programmatique qu'on lui reproche… "Que Monsieur Dumortier soit rassuré, le programme de notre formation "Ensemble" pour les prochaines élections sera présenté, une fois la date officielle de la campagne lancée, le 14 juillet", poursuit Sébastien Deschamps. "Pour l'affaire dont il fait mention, je déplore qu'il n'ait pas de dossiers plus sérieux à aborder dans les médias. Plusieurs concitoyens ont, par exemple, été inondés récemment. Faut-il par ailleurs que j'énumère tous les dossiers de demandes de subsides que j'ai défendus à la Région wallonne ces 6 dernières années pour Écaussinnes, et ce alors que je suis conseiller communal au sein de l'opposition ?"