Centre

Le promoteur Matexi avait revu sa copie. Elle ne satisfait pas les élus

Ce n'est pas encore demain que de nouvelles habitations viendront compléter le projet immobilier de Matexi le long du boulevard de la Sennette. Le promoteur avait déjà essuyé un refus de permis du collège écaussinnois pour la création de 55 logements en 2011. Il avait finalement obtenu sur recours le feu vert de la Région wallonne, mais pour 37 habitations seulement.

En 2016 déjà, Matexi était revenu à la charge pour compléter le tableau. La commune d'Écaussinnes s'y était opposée en refusant de modifier la voirie, étape nécessaire pour aller plus loin. L'argument évoqué à l'époque ? La commune d'Écaussinnes trouve le projet d'immeuble à appartements disproportionné, elle préfèrerait des maisons unifamiliales.

La nuance n'était pas tombée dans l'oreille d'un sourd. Et voilà que le promoteur immobilier revient avec un nouveau projet. Exit les appartements, place aux maisons. Mais la commune n'est toujours pas convaincue. Lors du dernier conseil, elle s'est à nouveau opposée à la création d'une voirie, indispensable pour l'aménagement du futur quartier résidentiel. "C'est vrai qu'il n'y a plus d'immeuble à appartements", reconnait le bourgmestre Xavier Dupont. "Mais le promoteur l'a remplacé par un bloc de maison qui comporte encore plus d'habitations que le projet initial. Il propose des cages à lapin, ça ne correspond pas à ce que nous voulons sur Écaussinnes."

Le quartier résidentiel n'a pas encore rendu son dernier souffle pour autant. Le promoteur doit introduire sa demande de permis. Mais la commune a plus d'un atout dans sa manche. "Le collège devra se prononcer", explique Xavier Dupont. "Nous refuserons en expliquant qu'il manque au projet la voirie dont nous avons refusé la création en conseil."

La boucle sera-t-elle ainsi bouclée ? Pas sûr, Matexi pourra toujours se tourner vers la Région wallonne et introduire un recours, comme par le passé. "Dans ce cas, nous ferons valoir nos arguments auprès de la tutelle et nous avons bon espoir d'être entendus", conclut le bourgmestre.