Centre Instrumentalisation politique de la maison des jeunes ? Plutôt un problème technique

Epidemik, la Maison de la Jeunesse d’Ecaussinnes, serait-elle une officine du PS et de sa liste d’ouverture Vivre Ecaussinnes ? Certains se posent manifestement la question. Certes, la présidente d’Epidemik est deuxième sur la liste de Vivre Ecaussinnes. Une liste qui compte par ailleurs dans ses rangs une animatrice de la Maison de la Jeunesse. Si bien que le coordinateur d’Epidemik a tenu à clarifier les choses dans l’édito du dernier numéro d’E-Mediatik, la revue de la Maison de la Jeunesse.

"À la MJ EPIDEMIK, pas de couleur politique, bien que chacun ait ses opinions, c’est une hygiène de vie nécessaire", écrit Gontran Huylenbroek dans l’édito du dernier numéro.

Manque de bol , dans les villages d’Ecaussinnes d’Enghien et d’Ecaussinnes-Lalaing, ce numéro a été distribué dans les boîtes aux lettres avec un tract de la liste Vivre Ecaussinnes glissé à l’intérieur. De quoi alimenter la controverse sur la neutralité d’Epidemik.

"Quand des publications de la liste Vivre Ecaussinnes et d’Epidemik sont livrées en même temps, je me demande qui paie la facture", relève Sébastien Deschamps, conseiller d’opposition Ensemble. "Cela entretient une confusion."

Pour Christine Hemberg, le coordinateur d’Epidemik sort de son rôle. "Un coordinateur de Maison de la Jeunesse doit faire en sorte que l’institution fonctionne, qu’elle obtienne des subsides, qu’elle organise des animations. Il n’a pas à exprimer des opinions politiques. Or, c’était déjà le cas dans le dernier édito où le coordinateur critiquait Willy Borsus", pointe la conseillère ACE.

"C’est un problème technique dans la distribution", répond Gontran Huylenbroek. "C’est une firme privée qui s’en occupe. Les mêmes personnes que l’on peut voir distribuer les folders de publicité pour les supermarchés. Il n’y a d’ailleurs pas eu de problème dans les villages où nous avons nous-même distribué le magazine. J’ai contacté la firme pour savoir ce qui s’était passé. Apparemment, la dame qui distribuait ces publications a cru que le tract politique et notre magazine étaient liés. En effet, nous avons fait réagir tous les partis dans notre dernier numéro. Et la manière dont il était plié laissait apparaître le logo de la liste en question. La dame a donc glissé le tract dedans pour plus de facilités. Pour nous c’est une catastrophe, car nous tenons fermement à la neutralité politique d’Epidemik."

Quant aux prises de position… Le coordinateur écrivait justement dans son édito : "La neutralité n’empêche pas la conscience. Il y a une grande différence entre afficher une couleur politique et garder son sens critique envers la politique." La frontière paraît visiblement ténue aux yeux de certains. Elle alimentera sans doute le débat auquel Epidemik a confié les partis écaussinnois le 28 septembre.


REACTION

Xavier Dupont

Bourgmestre et tête de liste Vivre Ecaussinnes

Hasard malheureux

Nous payons les mêmes distributeurs qu’Epidemik. Par facilité, les personnes qui distribuent glissent tout dans la plus grande publication. C’est un hasard malheureux. La semaine dernière, un de mes tracts s’est retrouvé dans une brochure du MR. Ca peut poser des problèmes de visibilité mais nous faisons avec les moyens de communication à notre disposition.