Centre

Les Verts présentent une liste de 12 candidats pour les élections communales

Disparu des bulletins de vote en 2012, Ecolo revient pour les prochaines élections communales à Binche. Voilà 30 ans que les Verts sont implantés dans la Cité du Gille. Cette résurrection, Ecolo la doit à l'arrivée de sang neuf, notamment celui de Thomas Ferrari. Ce fonctionnaire de 36 ans est devenu le nouveau co-président de la section locale et occupe la tête de liste pour les élections d'octobre.

Onze autres candidats l'accompagnent. Nous retrouvons parmi eux Claude De Ridder et Onorina Piccinin qui sont respectivement passées par le conseil communal et le conseil du CPAS à l'époque où Ecolo comptait encore des élus.

Depuis 2016, après un petit passage à vide, les Verts donnaient déjà des signes de vie à Binche: projection du film Demain, distribution d'arbres fruitiers, rencontres citoyennes ou encore conférence sur le CETA avec Philippe Lamberts. Les Verts ont repris du poil de la bête et entendent apporter du changement à Binche.

Leur programme repose sur trois axes majeurs qui se veulent interconnectés. "Nous voulons une plus grande participation citoyenne et plus de transparence à Binche. Avec, par exemple, la relance des comités de quartier et des budgets participatifs", annonce Thomas Ferrari. "Nous voulons aussi faire de la transition écologique un moteur de la commune qui pourra dynamiser de nombreux secteurs. Enfin, nous voulons mener de grands chantiers au niveau de la mobilité dont le dernier plan communal remonte à 2005. Tout est pensé en fonction de la voiture à Binche, c'est un véritable problème."

Si certains appellent à construire un maximum de parkings dans la Cité des Remparts, Ecolo plaide pour une tout autre vision. "Il faut clairement favoriser la mobilité douce et les transports en commun", poursuit Thomas Ferrari. "Certaines mesures ne demandent pas de grands moyens comme le marquage au sol pour les vélos ou l'adhésion à la plateforme Mobilesem qui coordonne les différents types de transport. D'autres nécessiteraient des investissements plus importants comme l'aménagement de pistes cyclables ou la mise en place de navettes qui relieraient les villages de l'entité à Binche. Mais c'est une question de choix politique. Tout dépend de là où on place les priorités."

Ecolo compte 16 membres actifs et 12 candidats. Les Verts ont été approchés par Défi et Union, mais ils ont préféré se présenter sous leurs propres couleurs. "C'était par souci de transparence et pour porter un projet cohérent", précise encore Thomas Ferrari. Et de l'aveu-même de ces candidats, c'est déjà une victoire de pouvoir présenter une liste. Pour la prochaine étape, Ecolo entend-il jouer le rôle de poil à gratter dans l'opposition où est-il prêt à prendre ses responsabilités au sein d'une coalition? "D'expérience, je sais que lorsqu'on est conseiller d'opposition, on a beau présenter de beaux projets, on n'est pas entendu", relève Claude De Ridder. "Si nous voulons apporter du changement à Binche, il faudra être dans la majorité." Mais les Verts affirment ne pas avoir d'exclusives. "Tout dépendra du résultat des élections", conclut Thomas Ferrari.