Centre

Les Verts prennent le contre-pied des interdictions trop souvent bravées

Le scénario se reproduit inlassablement à Écaussinnes. Quand le soleil pointe le bout de ses rayons et que le thermomètre grimpe, des baigneurs investissent les carrières de la Cité de l'Amour. Les lieux ne sont pourtant pas ouverts au public et les dangers sont importants alors que des machines trempent toujours au fond de l'eau.

Chaque année, la police multiplie les opérations pour pincer les baigneurs en infraction tandis que les riverains s'exaspèrent de voir débarquer des cohortes de touristes intempestifs. Mais les hommes en bleu peinent à mettre la main sur les baigneurs en infraction que les amendes ne semblent pas par ailleurs décourager. Les Verts proposent donc de prendre le contre-pied du scénario actuel en aménageant une zone de baignade encadrée.

"La situation actuelle ne convient à personne", remarque Arnaud Guérard, conseiller communal. "Elle présente des désagréments pour les riverains, des risques pour les baigneurs même s'ils sont en infraction et des risques environnementaux pour les carrières. S'il y avait un accès encadré et sécurisé, ça faciliterait les choses et ça permettrait de protéger le reste des carrières."

Le pavé est jeté dans la mare. Suffisant pour créer des remous ? "J'ai conscience que ça ne va pas se faire du jour au lendemain, mais ça me semble une réflexion intéressante pour sortir ce dossier de l'impasse", poursuit Arnaud Guérard. "D'année en année, le problème se reproduit et tout le monde est perdant. Il y a dans les carrières des zones qui ne sont ni des zones de pompages ni des zones vertes. C'est donc possible d'envisager une zone de baignade encadrée."

Alors que les baigneurs en infraction ne sont majoritairement pas de la Cité de l'Amour, créer cet espace pourrait-il aussi profiter aux Écaussinnois ? "Évidemment. Rendre l'un des patrimoines de notre commune accessible à ses habitants est bien normal. De plus, si les choses sont correctement encadrées, ça pourrait aussi soulager les riverains."