Centre

La procédure de crise a été enclenchée par le gouverneur de la province du Hainaut.

Fermée depuis lundi soir suite au mouvement des gilets jaunes, l'autoroute E19 à hauteur de Feluy a été rouverte à la circulation ce mardi vers 11h15. La police est intervenue avec des arroseuses et des véhicules de dégagement."Suite à la première communication de 9h15, Monsieur le Gouverneur annonce que, la circulation automobile a été rétablie sur l’E19 dans les deux sens à hauteur de Feluy/Seneffe après l’intevention des forces de l’ordre", explique la province du Hainaut.

Des interventions policières sont toujours en cours sur les axes secondaires dans la région de Feluy. "La police intégrée (zones de police locale de La Louvière, de Mariemont et de Châtelet + police fédérale) va maintenir une présence policière afin de veiller au maintien de l’ordre durant les prochaines heures sur les sites concernés. Accompagné du Directeur-Coordinateur de la Police fédérale du Hainaut, le Gouverneur de la Province de Hainaut est actuellement sur le terrain."

Les autres disciplines d’urgences (pompiers, inspecteur d’hygiène, défense, protection civile, communication) restent mobilisées. Vers 10h40, un nettoyage de la route était en cours. La phase de crise provinciale a été levée vers 12 heures.

Autoroute bloquée depuis lundi soir

Le blocage concernait une portion de 10 km de l'autoroute. La chaussée a été fermée à cet endroit depuis lundi soir vers 22h00. Les gilets jaunes sont montés sur l'autoroute E19. La chaussée a été bloquée et fermée dans les deux sens entre l'A54 et l'A501. Devant l'ampleur de ce situation chaotique sur l'autoroute, le gouverneur de la province du Hainaut, Tommy Leclerq, avait pris la décision d’enclencher une procédure de crise.

© DR

La soirée de ce lundi a dérapé

Le mouvement des gilets jaunes a pris un nouveau tournant ce lundi en Wallonie. Les blocages ont continué aux endroits stratégiques jusqu'à ce que la police intervienne en nombre. Notamment à Feluy durant l'après-midi et toute la soirée.

Vers 13h30, la police fédérale a décidé de passer à l'action devant l'entrée du dépôt de carburant Total de Feluy. Aidées d'un camion autopompe qui a envoyé de l'eau vers les manifestants, les forces de l'ordre et leurs boucliers sont parvenus à casser le barrage. Trois personnes ont également été interpellées dans le cadre d'une arrestation administrative.

Une cinquantaine de gilets jaunes se trouvaient encore devant le site Total lorsque la police leur a une nouvelle fois demandé de quitter les lieux sous peine de devoir utiliser l'autopompe. Mais les manifestants n'ont pas souhaité partir. La police a donc utilisé les grands moyens pour dégager l'entrée du dépôt de carburant. Tous les accès au site Total ont été ensuite bloqués par la police durant plus d'une heure. Même les sorties d'autoroute menant à Feluy ont été fermées à la circulation.

© DR

Dans la soirée, de nombreuses personnes se sont rassemblées à Feluy pour se révolter. Des casseurs ont aussi rejoint le mouvement. Plusieurs membres des gilets jaunes se seraient d'ailleurs désolidarisés des ces persones venues uniquement pour semer la pagaille.

"Nous demandons à toutes les familles, les personnes responsables, respectables de quitter les lieux", a écrit Silvio Bonfanti, l'un des leaders du groupe Actions citoyennes contre les mesures gouvernementales. Ce dernier évoque des "personnes dangereuses" qui ont intégré le groupe.

Fumigènes, feux de Bengale et arbre couché sur la route. La situation a dégénéré. Les gilets jaunes ont même bouté le feu à un camion citerne non-loin de l'entrée de dépôt de carburant. Les "casseurs" en question seraient toutefois partis dans le courant de la soirée.

L'action de ce mardi ne serait menée que par les "vrais" gilets jaunes.