Centre

Les résultats d'une vaste enquête de satisfaction ont été présentés ce vendredi matin

En fin d'année dernière, la ville de La Louvière sollicitait le bureau d'études SONECOM pour sonder la population via une grande enquête de satisfaction. Objectifs, dresser un volet qualitatif de l'offre administrative et mettre ces résultats en parallèle d'une étude menée par l'Union des Villes et Communes wallonnes en 2017, et un volet prospectif : quelles sont les problématiques urbaines ressenties par les Loups et quelles sont leurs attentes pour demain ?

Un peu moins de 1000 personnes de sexe, d'âge, de formation et d'horizon différents ont ainsi été interrogées. Il en ressort finalement que les Louviérois évaluent à 6,12/10 leur intérêt pour la vie communale et que ceux-ci s'en informent principalement via le bulletin communal (26,9%) et les réseaux sociaux (26,1%). Ils sont par contre peu nombreux à souhaiter participer activement à la vie de leur commune via un projet participatif, une association, une commission consultative,…

En matière de services et d'infrastructures, la population évalue son degré de satisfaction à 5,77/10. Elle salue notamment la qualité de l'accueil des pôles culturels (musées, bibliothèques,…) et touristiques, des infrastructures sportives ou encore des parcs à conteneurs. Elle évalue positivement la serviabilité des agents des services communaux (6,79/10) et l'efficacité de ceux-ci (6,53/10).

Quelques points restent cependant à améliorer. Citons notamment les services ouvriers (travaux sur les voiries), l'environnement (salubrité et mobilité) et les supports destinés aux publics fragilisés (CPAS, seniors,…). Les citoyens souhaiteraient également qu' l'information autour de l'offre de service communaux soit améliorée, que les infrastructures routières et l'activité économique locale soient renforcés.

Enfin, l'étude met en exergue les attentes des citoyens pour La Louvière de demain. Les principaux changements désirés concernent la mobilité (parkings gratuits par exemple), les infrastructures (état des routes et gestion des travaux), les commerces (un centre commercial ou au contraire le retour de petits commerces), la propreté et la sécurité.

« Il fallait oser mais l'exercice méritait d'être fait », a commenté le bourgmestre, Jacques Gobert (PS). « Les préoccupations exprimées sont celles auxquelles l'on pouvait s'attendre. Nous en tiendrons évidemment compte pour actualiser notre projet de ville. Cette enquête permet de jeter les bases en vue de la prochaine mandature. » Rappelons que de juin à décembre, la population sera une nouvelle fois sollicitée dans le cadre des assises citoyennes.