Centre

Préserver le caractère rural ? Un mot d'ordre de la campagne… électorale !

L'urbanisme sera sans conteste l'un des principaux enjeux de la campagne électorale à Écaussinnes.

Beaucoup nourrissent la crainte de voir les immeubles à appartements pousser comme des champignons, au risque de dénaturer le caractère champêtre et convivial de la Cité de l'Amour. Les partis politiques l'ont bien compris. Préserver le caractère rural est un mot d'ordre qui s'affiche dans pratiquement tous les programmes. Et c'est à celui qui défendra au mieux les pâturages contre la brique.

Dans l'opposition, le groupe Ensemble a présenté sa liste et ses dix priorités avant de dévoiler son programme complet. "Préserver le caractère rural en mettant un véto aux constructions démesurées", figure bien évidemment parmi les priorités. Dans l'opposition toujours, Chrisine Hemberg a fait de la question de l'urbanisme son cheval de bataille, intervenant sur de nombreux dossiers durant la mandature.

Alors que la date du scrutin approche, la guéguerre de l'urbanisme est déclarée. Mais la majorité n'entend pas rester simplement campée sur ses positions, à écouter siffler les balles. Chiffres à l'appui, le bourgmestre Xavier Dupont réplique. "S’il est évident qu’à Écaussinnes de nouvelles constructions ont vu le jour ces dernières années, nous avons souhaité tirer un bilan des permis octroyés ces 12 dernières années sur la commune. Il permet de constater que moins de permis ont été délivrés entre 2013 et 2018 qu’entre 2006 et 2012, singulièrement au niveau des appartements", indique Xavier Dupont.

L'occasion pour le mayeur, en poste depuis 2012, de vérifier si ces prédécesseurs aujourd'hui dans l'opposition étaient plus soucieux de préserver le caractère rural d'Écaussinnes. D'après les chiffres fournis par le bourgmestre, entre 2006 et 2012, 121 appartements ont été délivrés par la commune. Ce chiffre passe à 72 sur la période suivante. Pour ce qui est des habitations délivrées par la commune, on en compte 129 durant la mandature précédente, et 161 entre 2013 et 2018. "En ce qui concerne les lotissements, la différence est encore plus significative", ajoute Xavier Dupont. "167 lots entre 2006 et 2012. Pour la période 2013-2018, nous avons entre 25 et 30 maisons unifamiliales et entre 25 et 35 logements groupés auxquels il faut ajouter les 39 logements du projet Matexi, délivré par la Région wallonne. Écaussinnes, comme d’autres communes, se développe, mais ce développement doit se faire de manière raisonnable et raisonnée."