Centre

Le parc immobilier s'agrandit, mais les besoins restent criants

Trois maisons et quatre appartements dont deux adaptés aux PMR… La société Haute Senne Logement a inauguré ce vendredi sept nouvelles habitations à Écaussinnes. Avec des loyers compris entre 186 et 412 euros, ces nouveaux logements ont déjà trouvé des locataires. Et pour cause, les demandes restent importantes. Haute Senne Logement gère ainsi un parc de 1323 logements sur les communes de Braine, d'Écaussinnes, d'Enghien, de Jurbise, de Silly et de Soignies. Mais la société compte aussi pas moins de 1.189 candidats.

"C'est clair que nous n'avons pas assez de logements pour répondre à la demande", note la directrice, Lindsay Parizel. "Il faut composer avec les moyens mis à disposition, et ça ne dépend pas que de nous. Nous poursuivons néanmoins nos efforts, pour construire, mais aussi pour rénover. Nous allons d'ailleurs réceptionner onze nouveaux logements à Soignies. Et un projet de 21 autres habitations est en cours à Braine-le-Comte."

À Écaussinnes, le chantier avait débuté en 2017. Le coût des travaux s'élève à plus d'un million d'euros, dont près de 700.000 euros de subsides. "C'est un travail remarquable qui a été effectué", relève le président d'Haute-Senne Logement, Henri-Jean André. "Nous avons notamment des maisons à double flux. Ce n'est pas du luxe, ça va permettre de faire des économies d'énergie. Nous sommes loin des ghettos qui étaient construits dans le passé."

Le bourgmestre d'Écaussinnes espère pouvoir poursuivre sur cette lancée. "Il nous tient à cœur de pouvoir offrir à des familles précarisées des logements dignes dans des conditions tout à fait acceptables", indique Xavier Dupont. "La Région wallonne recommande un pourcentage de 10 % de logements publics. Nous souhaitons nous y conformer, même si ce n'est pas facile. Actuellement, nous arrivons à 5 % à Écaussinnes. L'une des difficultés, c'est qu'il faut pouvoir suivre les constructions de logements privés pour tenir un pourcentage satisfaisant de logements publics."