Centre

Ludivine Papleux a pu découvrir le texte en détail qui sera bientôt soumis au parlement

Voilà quatre ans que la compétence du bien-être animal s'est régionalisée. Le ministre Carlo Di Antonio planche depuis sur un code wallon qui abrogera la loi de 1986. Le texte sera soumis au vote des députés en octobre. L'échevine Ludivine Papleux, en charge du Bien-être animal à Braine-le-Comte, a pu le découvrir en détail lors d'une présentation à l'UCL Mons. Elle est enthousiaste.

"Une nouvelle loi était nécessaire, car nous n’avons plus la même sensibilité à l’égard des animaux à l’heure actuelle. Les moeurs ont évolué", souligne la Brainoise. "Ce code sera l'un des plus ambitieux d'Europe et marque plusieurs grandes avancées. Je pense notamment à l'interdiction de l'élevage de poules en cage qui va se faire progressivement. Il y a aussi les permis de détention qui pourront être retirés temporairement ou définitivement par un juge ou un fonctionnaire sanctionnateur. Et le produit des amendes sera affecté à l'engagement d'agents de contrôle."

La liste des mesures est loin d'être exhaustive. Ludivine Papleux y a même ajouté son petit grain de sel, après l'expérience du cirque Bouglione à Braine. "J’ai posé, lors du débat, la question de la présence des cirques sur le territoire", confie l'échevine. "Ce sera un point travaillé lors de la prochaine législature. Pour le moment, seuls les animaux sauvages sont proscrits. Il existe un accord non-écrit avec les cirques de ne plus toucher à leurs animaux pour le moment afin qu’ils poursuivent leur travail, mais la question d’un recyclage dans le cirque sans animaux sera envisagée, notamment pour des questions de transport des animaux durant de longues heures et de conditions de détention."

Au final, ce code wallon présente une belle avancée pour Ludivine Papleux. "Je soutiens bien évidemment ce code et poursuis mon travail en ce sens au sein de la Ville", conclut l'échevine. "Je suis heureuse de l’ampleur que la cause animale prend. La ténacité porte ses fruits. À Braine-le-Comte, nous sommes très actifs en matière de bien-être animal depuis mon arrivée en 2012 avec notamment des campagnes de stérilisation, le sauvetage de poules de réforme, l'installation de ruches, d'hôtels à insectes, de nichoirs ou encore des constats de maltraitance, de négligence et des saisies, en bonne collaboration avec les pompiers."