Centre

Philippe Passelecq avait été porté disparu durant la journée.

“Mon mari a disparu hier en début d’après midi”, a annoncé ce mardi la femme de Philippe Passelecq dans un message d’alerte sur Facebook. “Il est parti au volant de son véhicule BMW break série 5 bleue. Plaque d’immatriculation 1-EAC-185. Il portait un jeans, une chemise à carreaux, une veste bleue et un foulard. Un autocollant du hockey club La Louviere est apposé sur le pare-brise arrière.”

Dans la soirée, nous avons appris la terrible nouvelle. Philippe a été retrouvé mort. Le parquet de Mons indique que l'intéressé a été retrouvé mort mardi en fin de journée. Le parquet a requis une enquête du laboratoire et un médecin légiste. Il n'a toutefois pas souhaité donné de plus amples détails sur le dossier.

Philippe Passelecq, domicilié à Strépy-Bracquegnies, vient de faire la une de l’actualité. Il aurait détourné près de 500.000 euros sur un compte en banque personnel. L’argent provient des communes de Seneffe, de Tubize et de Binche où il y a occupé successivement le poste de directeur financier.

L’affaire a éclaté à la fin du mois de septembre. La ville de Binche avait annoncé avoir procédé à son licenciement pour faute grave. La commune avait constaté des mouvements financiers suspects sur l’un des comptes bancaires communaux. Philippe Passelecq avait reconnu les faits et avait été licencié sur le champ pour faute grave. Près de 45.000 euros auraient été détournés à Binche.

Dans la foulée, la ville de Tubize, où il a officié comme directeur financier entre avril 2015 et avril 2018, a aussi ouvert une enquête. “Suite à une vérification approfondie du mécanisme frauduleux mis en place à Binche, Tubize a pu établir que, sur l’exercice 2017, près de 85.000 euros ont été transférés de ses comptes vers une société dont Philippe Passelecq est le gérant”, ont expliqué les autorités communales de Tubize au travers d’un communiqué de presse.

Ce mardi , nous avons appris que ce sont plus de 360.000 euros qui ont été détournés du côté de Seneffe. “Nous avons identifié des mouvements similaires que ceux de Binche”, réagit la bourgmestre Bénédicte Poll (MR). “Il y en a pour 360.000 euros mais nous avons encore besoin de temps car certains documents sont plus anciens. Il faut retourner à des documents papiers, vérifier que le compte bénéficiaire des mouvements est lié au directeur financier. Le travail n’est donc pas terminé.”

© DR