Centre

C’est la première fois qu’une coalition rouge-verte est mise en place.

C’est une alliance tout à fait inédite qui s’est scellée ce jeudi soir dans la cité des Loups. Pour la première fois, Ecolo fera son entrée dans la majorité aux côtés de ses partenaires socialistes, qui avaient décroché la majorité absolue à l’issue du scrutin mais qui avaient rapidement fait part de leur volonté de ne pas gouverner seuls.

Les discussions avec le PTB, les groupes MR-IC et Plus & CDH ainsi qu’avec Ecolo avaient débuté. Les verts s’étaient d’abord retiré des négociations, estimant “qu’avec deux sièges sur 42 au conseil communal, ils ne disposaient ni de la légitimité des urnes pour être aux responsabilités, ni qu’ils puissent se trouver dans un rapport de force suffisant pour pouvoir travailler pleinement à un projet commun équilibré.” La volte-face avait finalement été opérée quelques jours plus tard.

Hier soir, les deux partenaires ont officialisé leur union. “À l’unanimité, la locale Ecolo de La Louvière a voté favorablement à la participation du parti à la prochaine majorité louviéroise”, communiquaient hier soir les nouveaux partenaires. “L’accord de majorité qui sera déposé lundi prochain entre les mains du directeur général scellera cette entente pour les six prochaines années. Au cours de ces négociations, de nombreux sujets ont été abordés, comme le soutien à la création d’emplois, le logement, la jeunesse, la participation citoyenne, l’action sociale, la transition écologique ou encore la mobilité.”

Pour l’heure, PS et Ecolo “se sont déjà entendus au sujet de dix engagements concrets pour la gouvernance, l’information, la transparence et la participation citoyenne.” Et d’ajouter que cette nouvelle coalition “mettra à profit les prochaines semaines afin de rédiger une note de politique générale à la mesure des défis qui attendent la ville de La Louvière et des attentes légitimes des citoyens.”

Rappelons que de son côté, le PS n’avait pas caché sa volonté de construire une majorité gauche forte. Le PTB, grand gagnant des élections, avait été pressenti mais avait quitté la table. Ecolo restait donc, aux yeux des socialistes, le partenaire idéal. “L’assemblée générale avait décidé ce mardi que nous irions avec Ecolo ou seuls”, précise Jacques Gobert (PS), bourgmestre réélu.

“La raison principale de la rupture avec le MR, c’est sa droitisation à travers sa participation au gouvernement fédéral. Au niveau local, notre collaboration s’était bien passée. Mais nous ne pouvions pas exiger de nos militants qu’ils acceptent que nous nous allions avec un parti que nous combattons à d’autres niveaux de pouvoir. Au niveau du CDH, l’attitude de Benoît Ludgen n’a pas encore été acceptée par tout le monde, la blessure reste ouverte.”