Centre

Les activités de l'asbl sont menacées si un plan B n'est pas trouvé rapidement

Ce lundi soir, la situation de l’asbl Cœur en Cordée était abordée en conseil communal à la faveur d’une interpellation de Loris Resinelli (cdH). Il est vrai que cette dernière pourrait être en train de vivre ses dernières heures : d’ici quelques jours, le 30 juin plus précisément, elle n’aura plus de toit pour poursuivre ses activités.

Active depuis 2003, l’association a aidé quelque 450 familles précarisées, soit 1506 personnes l’an dernier via la distribution de 150 tonnes de produits alimentaires, d’hygiène et d’entretien. Les 23 bénévoles qui y oeuvrent ont aussi distribuer de nombreux vêtements, des couvertures, des lingues de maison, des chaussures, des accessoires de naissance, de la vaisselle, du petit mobilier ou encore des livres.

Reconnue officiellement et particulièrement proactive, l’association pourrait malheureusement mettre entre parenthèses ses actions. “Notre association disposait jusqu’ici gracieusement de classes inoccupées au sein de l’ancienne école communale des garçons de Maurage. Mais la ville nous a signifié que nous n’aurions, dès ce 30 juin, plus de toit parce que les locaux vont être réattribués au service de l’enseignement”, explique Herbert Dellis, président de l’asbl.

Jusqu’ici, les démarches de l’association pour trouver un plan B et les sollicitations auprès de la ville pour pouvoir disposer d’un autre local sont restées vaines. “Sans aide de la ville ou sans l’intervention miraculeuse d’un privé, nous ne pourrons plus venir en aide aux plus précarisés qui comptent sur nous. Ce samedi, nous réaliserons ce qui pourrait être notre dernière distribution. Nous tenterons de distribuer un maximum aux familles mais elles devront ensuite trouver d’autres solutions.”

Questionné, le bourgmestre Jacques Gobert (PS) a de son côté insisté sur la nécessité de libérer les locaux actuellement occupés. “Nous ne remettons absolument pas en cause le rôle social joué par Cœur en Cordée. Mais nous n’avons pour l’heure pas de solution à proposer pour la simple et bonne raison que nous n’avons pas de bâtiment libre.” Un bâtiment inoccupé avait bien été convoité par l’association mais ce dernier devrait être abattu pour des raisons de sécurité. Cœur en Cordée lance donc un appel à l’aide.