Centre

Certains Louviérois se sont questionnés alors que cette dernière est adressée directement par le bourgmestre

Les Louviérois qui se sont abonnés à la newsletter de la ville ont récemment été invités à renouveler leur abonnement à cette dernière. Si beaucoup ont confirmé leur souhait sans se poser de questions, d'autres ont eu l'attention attirée par le nom de l'expéditeur de cette dernière : c'est en effet le bourgmestre himself qui communique et non la ville de La Louvière.

Olivier Destrebecq, conseiller communal réformateur dans la majorité, a lui aussi été interpellé. « Ce n'est pas une question capitale, elle ne m'empêche pas de dormir, soyons clair. Mais je pense qu'il y a une certaine confusion des genres. Je me suis moi-même abonné à la newsletter et dans les minutes qui ont suivi, j'ai reçu plusieurs mails de Jacques Gobert », explique-t-il.

Pour l'élu MR, la démarche pose question. « Je ne remets évidemment pas en cause sa fonction de bourgmestre. Mais selon moi, il s'agit d'une information communale et non politique. On confond l'administration et le politique : si le mail doit être adressé nominativement, pourquoi ne pas passer par le directeur général ? Il y a lieu de se questionner sur le bon sens de la démarche. »

De son côté, Jacques Gobert explique qu'il s'agit d'une procédure volontaire. « Dans le cadre du projet BDO qui vise à redynamiser le centre-ville via un plan d'action, la boite de communication qui nous épaule nous a conseillé d'adresser les mails de la ville depuis l'adresse officielle, à mon nom. Il s'agit bien de communication institutionnelle et non politique et cela sera toujours le cas. »

Objectif, favoriser la proximité entre le premier citoyen de la ville et la population. « Le fait que ces e-mails soient adressés par le bourgmestre et non par la ville doit rendre les choses moins impersonnelles, mobiliser davantage la société civile, les commerçants, les associations,… à qui l'on s'adresse. » Et de conclure : « rien ne change dans la façon de procéder, cela fait des mois que ces mails sont adressés de la sorte... » Preuve en est que le contenu du message prime finalement bien sur le nom de son expéditeur.