Centre Le projet vient de s’implanter au sein de l’école libre de Ressaix.

Finies les méthodes traditionnelles pour les 86 élèves de l’école libre de Ressaix (maternelle et primaire), place à la pédagogie active (voir ci-dessous). Depuis quelques semaines, les enseignants et élèves de l’établissement se mettent petit à petit dans le moule du projet porté par Orig’Amis, un petit collectif binchois qui rêvait de créer une école de ce genre dans la Cité du Gille.

Le projet a été présenté aux parents ce jeudi soir et a été accueilli avec enthousiasme. “Il y a toujours des craintes face au changement mais depuis l’annonce de la collaboration, les institutrices ont déjà fait de petits et gros changements dans leurs classes, chacune à son rythme”, explique Emmanuelle Migliorini, l’instigatrice du projet. “Nous avons le sentiment que l’équipe est vraiment motivée et qu’au final, l’école sera un bel exemple d’évolution de l’enseignement.”

Ce type d’enseignement , qui tend peu à peu à s’implanter en Belgique, a toutefois besoin de temps avant d’être totalement fonctionnel. “Cette année, nous entamons la formation des enseignants sur différents thèmes essentiels dans les pédagogies actives. L’équipe suit également l’accompagnement pédagogique de Céline Alvarez mis en place avec la Fédération Wallonie-Bruxelles. Mais l’équipe ne part pas de zéro car elle a déjà suivi différentes formations et les enseignantes ont déjà des méthodes de travail proches de ce que nous imaginions.”

© DR

Parallèlement, l’équipe d’Orig’Amis mettra en place d’autres projets pour laisser le temps aux enseignants de s’accommoder. “Nous allons par exemple organiser des ateliers créatifs, avec des parents ou amis bénévoles pour les animer”, poursuit Emmanuelle Migliorini. “Nous allons aménager la cour de récréation de façon ludique, installer un potager, etc.”

Le tout sans vouloir trop perturber les enfants. “Nous ne voulons pas brusquer les choses et le projet prendra peut-être plus de temps pour mise en place. Mais nous arriverons à une réelle collaboration dans le respect des envies et besoins de chacun.”

Classes flexibles et méthode particulière

Cette nouvelle pédagogie est basée sur les travaux des pédagogues Ovide Decroly et Célestin Freinet.

Cette idée de créer une nouvelle offre scolaire à Binche vient du vécu personnel d’Emmanuelle Migliorini, une architecte de formation. “Lorsque je suis tombée enceinte en 2016, je me suis questionnée sur le type d’éducation que je voulais pour mon bébé”, raconte-t-elle. “Je me suis tournée vers les nouvelles pédagogies : Freinet, Decroly, etc. Je me suis dit que c’est ce que je voulais comme enseignement pour ma fille mais il n’existe pas ce genre d’école dans la région de Binche.”

Concrètement, la créativité, les travaux manuels, l’auto-évaluation, la gestion mentale, l’intégration par le jeu seront les maîtres mots des pédagogies actives et alternatives. “Notre projet est de mettre en avant le meilleur des pédagogies afin de proposer aux enfants un panel efficace de courants ayant fait leurs preuves. Nous ne prônons donc pas un principe pédagogique particulier mais bien un cocktail du meilleur de la Pédagogie avec un grand P.”

© DR

Le projet d’établissement se voudra quant à lui tourné vers l’écologie, la biodiversité et le recyclage avec des aménagements spéciaux mais aussi la présence d’un potager et d’animaux. “La nature doit être au cœur des apprentissages. Il nous semble essentiel de sensibiliser les enfants à cette thématique qui est très actuelle et au cœur des problématiques de notre société.”

Des classes flexibles vont également être installées dans l’école de Ressaix, de manière à permettre aux enfants de maintenir une attention plus grande. L’ensemble du projet pédagogique qui sera mis en place à l’école libre est disponible sur le site internet d’Orig’Amis : www.ecole-orgamis.be

Notons que ce genre de pédagogie a déjà été implanté ailleurs dans la région. L’école du Waireau, à Morlanwelz, a par exemple récemment aussi plongé dans un tel projet. Ce n’est peut-être qu’un début.

© DR