Centre

Le véhicule était apparemment mal stationné sur le parking du Cora

Mauvaise pioche et bad buzz pour la police de La Louvière. Mercredi aux alentours de 15 heures, une patrouille repère une navette stationnée sur une place pour handicapé au parking du Cora. Mais d'après les agents, rien n'indiquait que le véhicule était autorisé à se trouver à cet endroit. Pas de carte de stationnement adéquate et aucune autorisation d'après le relevé de plaque. Estimant le véhicule en infraction, la police a donc appelé une dépanneuse qui a embarqué la navette.

Hélas, la navette en question était bien utilisée par une institution pour handicapés dont un groupe était en sortie dans la galerie commerçante, sous l'encadrement d'animateurs. Une Louviéroise a rapporté la mésaventure sur les réseaux sociaux, affirmant qu'elle a alerté les agents de police au moment où la navette était embarquée, sans pouvoir arrêter la procédure en cours. Si bien que c'est une mauvaise surprise qui attendait le groupe sur le parking, lorsque la sortie a pris fin.

Le récit d'un témoin, depuis disparu de Facebook, a donc enflammé la Toile. La police de La Louvière apporte quelques précisions sur le contexte des événements. "La patrouille a repéré un véhicule sans carte sur une place destinée aux personnes à mobilité réduite", indique la porte-parole de la police de La Louvière. "L'identification de la plaque n'a en outre rien donné. Le véhicule était par ailleurs déverrouillé, et rien à son bord ne pouvait confirmer qu'il était autorisé à stationner sur un tel emplacement. Avant le passage de la dépanneuse, les agents sont restés sur place trente minutes. Personne ne s'est manifesté pour apporter des explications sur le véhicule."

Enfin, lorsque les animateurs sont sortis de la galerie commerçante, une patrouille a conduit l'un d'entre eux jusqu'à la fourrière pour qu'il puisse récupérer la navette. La police a par ailleurs indiqué que le PV dressé pouvait être contesté.

Au-delà du petit couac, la porte-parole de la police de La Louvière regrette certains commentaires sur les réseaux sociaux. "Certains ont écrit que la police ne pouvait pas intervenir sur le parking du Cora. C'est tout à fait faux. Il s'agit d'une extension de la voie publique où les gens ne peuvent pas faire tout et n'importe quoi", précise la porte-parole. "En outre, nous sommes quelque peu désemparés devant l'attitude de certains citoyens. Ce sont parfois les mêmes qui d'une part nous témoignent leur soutien lorsqu'un des nôtres est pris pour cible, et d'autre part peuvent se déchaîner contre nous sur les réseaux sociaux."