Centre

Olivier Fievez a présenté sa liste, avec de nombreux candidats d'ouverture

C'est au tour du PS d'entrer en piste à Braine-le-Comte pour le scrutin d'octobre. L'échevin Olivier Fievez a présenté sa liste et levé un coin du voile sur le programme.

"Nous avons des candidats qui ne sont pas militants au PS, mais qui partagent des valeurs communes comme la solidarité et l'équité", indique Olivier Fievez. "Nous avons des profils très variés : des universitaires, des ouvriers, des employés, des étudiants ou des commerçants. Et un brassage des cultures avec des gens d'origine algérienne, congolaise, italienne ou encore espagnole. C'est avant tout une liste de 27 citoyens qui ont envie de donner un projet à Braine-le-Comte."

La liste PS compte ainsi de nombreux candidats d'ouverture. Si certains élus sortants remettent le couvert, l'élection d'octobre sera une première expérience pour près de la moitié des candidats. "Il y a eu un débat interne pour savoir si nous gardions l'appellation PS ou pas", poursuit Olivier Fievez. "C'est très à la mode de changer le nom. Mais notre liste est emmenée par un mandataire PS sortant et j'étais de ceux qui estimaient qu'il ne fallait pas mentir à l'électeur."

Avec cette nouvelle équipe, le PS veut inscrire Braine dans l'ère 3.0. "Cela veut dire que nous avons une vision à long terme. Pas juste un mandat de six ans, mais des projets pour les 20 ou 30 années à venir. Notre campagne sera marquée par la transparence et la vérité. Si un parti promet de réduire les impôts ou de paver en or la rue de la Station, nous serons là pour dire que ce n'est pas possible et qu'il ne faut pas mentir aux citoyens. Le contexte est clair, nous sommes sous CRAC. L'assainissement des finances est en marche. Et il y a une trajectoire à maintenir. C'est là qu'il faut être inventif."

Le PS a partagé la majorité avec le groupe Braine, apparenté au MR. Prêt à remettre le couvert avec les libéraux ? "Nous assumons cette majorité. Le PS était la deuxième force politique à Braine, derrière le MR. L'idée c'est évidemment de devenir la première force. Ce sera sans doute un peu court pour cette élection, mais qui sait ? Nous verrons la suite en fonction des résultats. La seule exclusive serait de ne pas monter avec un parti comme le Parti Populaire. C'est sûr que nous n'irons pas seuls au pouvoir si l'occasion se présente. L'électeur fera son choix. À titre personnel, j'étais dans cette équipe qui a dû faire passer la commune sous CRAC. J'espère pouvoir être de l'équipe qui mettra la commune sur les rails pour en sortir. En tout cas, nous assumons nos responsabilités et nous ne trahissons pas."