Centre Le mouvement citoyen pour sécuriser les routes perce au Roeulx et à Braine

C’était en octobre 2016 à Ecaussinnes. Désireux de faire réduire la vitesse sur les routes et à garantir un partage plus équilibré de la voirie entre ses différents usagers, des citoyens créaient le mouvement Ecauslow. Parti d’une campagne d’affichage, le groupe a fait du chemin et a même récemment obtenu un subside wallon pour organiser un théâtre forum dans les écoles sur le thème de la sécurité routière.

Mieux, Ecauslow a inspiré d’autres initiatives citoyennes dans la région. Un groupe "Mignault, mobilité et sécurité" (MMS) s’est ainsi mis en place au Roeulx. Lors d’une réunion préélectorale de la majorité, ses membres ont pu interpeller les candidats sur les aménagements réalisés dans le village et sur les projets à venir. MMS a également lancé une enquête pour définir les priorités des citoyens en matière de sécurité routière. Les résultats sont en cours de dépouillement.

À Braine-le-Comte aussi, un groupe a vu le jour. Et si. BLC a adopté le slogan d’Ecauslow, "Et si on roulait moins vite ?" Le groupe compte aujourd’hui une vingtaine de membres et a déjà lancé une campagne d’affichage. "Pendant des mois, j’avais interpellé les autorités sur les problèmes de vitesse, de trottoirs ou de passages pour piétons", indique Pierre Van Braeckel, membre de Et si. BLC. "La Ville et le SPW se renvoyaient toujours la balle, et ça ne bougeait pas. Quand j’ai vu ce qui se passait à Ecaussinnes avec Ecauslow, j’ai pensé à rassembler aussi à Braine des gens sensibles à la sécurité routière."

Les affiches de sensibilisation commencent à fleurir aux fenêtres de Braine. Et si. BLC ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. "Nous lançons également une pétition pour repeindre et mieux signaler les passages pour piétons", poursuit Pierre Van Braekel. "Nous allons également interpeller les candidats aux élections sur le thème de la mobilité. Nous savons que c’est une période propice aux promesses. Mais nous continuerons à travailler ensuite pour vérifier que les engagements sont tenus."

Les Brainois appliquent ainsi le principal conseil donné par les grands frères d’Ecauslow : ne jamais lâcher.


Léandre Huart échevin de la mobilité à Braine : L’avis des citoyens

"C’est une bonne chose d’avoir une vision extérieure, en dehors de la politique. C’est important d’avoir l’avis des citoyens sur les problèmes qui se posent et sur les solutions à apporter. On ne peut pas faire tout ce qu’on veut évidemment, il faut pouvoir tenir compte des contraintes techniques. Mais si les échanges sont constructifs, c’est enrichissant."