Centre Alexandre abusait d’un gamin de 8 ans dans sa caravane de Manage

Alexandre, 29 ans, habitait dans la région de Manage, en 2016. Il logeait dans une caravane qu’un forain lui avait mis gracieusement à disposition en échange de quelques menus travaux. Il avait ainsi fait la connaissance d’une dame, issue comme lui des milieux précaires, pour devenir au fil du temps une personne de confiance, au point que cette dernière n’hésitait pas à lui confier la garde de son fils de 8 ans. 
 
Malheureusement, derrière son apparence de gentil benêt, Alexandre cachait des travers pédophiles. Malgré la présence de sa compagne dans la caravane, le jeune homme n’a pas hésité à abuser de l’enfant, en le contraignant à des séances masturbatoires mutuelles. Dans ses déclarations, Alexandre ajoute quelques précisions glauques, expliquant « qu’il faisait le bruit de la moto pour encourager le gamin à manipuler son sexe ». Outre ces déclarations vomitives, le jeune pervers recherchait des contenus pédopornographiques sur son GSM, mais également les sanctions que risquent les individus de son genre une fois découverts… 
 
C’est finalement la compagne d’Alexandre qui a mis un terme à ses agissements, en le dénonçant aux forces de l’ordre. Placé sous mandat d’arrêt, l’intéressé a passé 4 mois en détention préventive avant d’être libéré sous conditions strictes. A l’audience du tribunal correctionnel, l’avocate des parties civiles n’a eu de cesse de rappeler les conséquences psychologiques engendrées par un tel comportement. Le jeune Logan, lors de son développement sexuel, devra vivre avec ces souvenirs. Et ce ne sont pas les lettres envoyées par Alexandre qui vont l’aider à oublier. « Vous devez disparaître de sa vie », a tonné la juge. Du côté du parquet, le substitut Bury a requis une peine de 4 ans de prison, avec un sursis éventuel mais obligatoirement probatoire. 
 
Me Inglese, conseil d’Alexandre, estime qu’effectivement, seul un traitement permettra de comprendre l’origine du comportement déviant et, elle l’espère, de le soigner. L’avocate a donc sollicité du bout des lèvres une suspension probatoire. Mais vu la gravité des faits, le tribunal a condamné Alexandre à 5 ans de prison, avec sursis probatoire. Il devra, entre autres conditions, suivre une thérapie et éviter de se retrouver seul avec des mineurs.