Centre

Le parti estime que le conseiller CPAS a pris dans la caisse de l’argent qui ne lui appartenait plus

La campagne électorale débute bien mal pour UPM (Union Pour Manage). En effet, l’assemblée générale d’UPM vient de décider à l’unanimité d’exclure Luigi Bonfitto, conseiller de CPAS.

UPM motive cette décision par “le non-respect des engagements pris par l’intéressé en matière de loyauté, de probité et de rétrocession des jetons de présence à la caisse de l’UPM” et explique que l’intéressé “a dérobé des fonds du groupe politique à des fins personnelles, sans autorisation aucune des instances.” Une plainte a dès lors été déposée à son encontre.

© DR

“Notre groupe fonctionne comme beaucoup d’autres : les mandataires reversent un certain pourcentage de leurs revenus à la caisse du groupe, ce qui permet de financer les élections suivantes et les frais de fonctionnement”, explique Hugues Crepin, trésorier. “Il s’est avéré que Luigi Bonfitto n’avait plus effectué de versement depuis un certain moment. Nous ne nous sommes pas inquiétés outre mesure car jusqu’ici, nos membres ont toujours régularisé leur situation.”

Dans ce cas-ci, l’attente n’a rien changé. “Il a estimé qu’il était de son droit de venir récupérer un tiers de la somme de la caisse, soit ce qu’il avait rétrocédé en trois mandats.” Ce que le parti n’a évidemment pas accepté. “Il n’a plus rien dit mais s’est servi dans la caisse. Il a agi en toute connaissance de cause, sans le moindre accord du parti et n’a plus jamais répondu à nos sollicitations pour s’expliquer. C’est navrant” Annie Cotton, cheffe de file d’UPM, a quant à elle déploré un manque de loyauté et de respect dans le chef du principal intéressé.

De son côté, Luigi Benfitto se sent droit dans ses bottes. “Je suis resté au sein d’UPM par la force des choses parce que je ne peux pas siéger au CPAS en tant qu’indépendant. Il n’y a plus d’entente entre nous depuis longtemps”, insiste-il. “Il y a eu un rapprochement avec Ecolo + pour les prochaines élections et j’ai donc décidé de reprendre mes billes pour travailler avec eux. J’ai repris ce que j’avais versé, pas un centime de plus !” Soit 840 euros qu’il souhaite investir dans la campagne auprès des Verts.