Centre

Le vote de l'assemblée s'est soldé par 16 voix contre 4

Dans un peu moins d’un mois et demi, les Belges seront invités à aller voter. Autant dire que les partis se préparent depuis plusieurs mois déjà en vue de ce scrutin électoral. Le cdH de Manage ne fait pas exception : à l’invitation de l’arrondissement du Centre, une assemblée générale du cdH de Manage était organisée il y a peu.

Une réunion qui avait pour objectif de présenter deux options différentes pour les prochaines élections communales. À savoir, d’une part, la possibilité de faire une liste d’ouverture UPM (Union pour Manage, une liste qui existe actuellement au conseil communal) avec les membres du cdH et des indépendants, conduite par Annie Cotton, actuelle cheffe de file. Ou, d’autre part, la possibilité de faire une liste cdH, alors conduite par Afid El Banouti.

« Après présentation des deux parties, un échange de questions et réponses s’est tenu avec les deux représentants dans une atmosphère parfois houleuse », communique Afid El Banouti et le vice-président du cdH de Manage, Luigi Bonfitto. « Il s’en est suivi un vote à bulletin secret suivant la procédure arrêtée de commun accord avec les intéressés. L’assemblée composée de 16 votants en ordre de cotisation a été sans appel : 12 voix pour la liste cdH, 4 voix pour la liste UPM. »

Par la même occasion, les Humanises ont présenté quelques points de leur programme pour cette législature 2018-2024. Il est donc question « d’oser la démocratie participative, de proposer une opposition intelligente et constructive, de travailler à une ville zéro déchet, d’enrayer les violences verbales aux guichets de l’administration grâce aux caméras de surveillance, d’augmenter le parc de logements d’urgence, de préserver les espaces-verts, de favoriser la sécurité aux abords des points dangereux, des écoles et espaces publics, d’encourager les circuits-courts et de soutenir le commerce de proximité ou encore d’établir une permanence à l’écoute des citoyens. »

Pour rappel, en juin dernier lors d’une assemblée générale, UPM décidait d’exclure Luigi Bonfitto, conseiller de CPAS, pour « non-respect des engagements pris en matière de loyauté, de probité et de rétrocession des jetons de présence à la caisse de l’UPM », ajoutant que ce dernier avait « dérobé des fonds du groupe politique à des fins personnelles, sans autorisation des instances. » Une plainte avait été déposée à son encontre.