Centre

Traumatisés, ceux-ci devront être sociabilisés avant d'être mis à l'adoption

Les bénévoles de la SPA de La Louvière ont une nouvelle fois côtoyé l’enfer. Ce jeudi, ils étaient aux côtés des inspecteurs de l’unité du bien-être animal pour procéder à la saisie de 151 chiens du côté de Remicourt, en province de Liège. Aujourd’hui, ce sont neuf chiens qui sont pris en charge au sein du refuge louviérois.

« L’intervention s’est révélée très longue pour nos équipes. Nous avions été prévenus qu’une saisie aurait lieu. Vers 16 heures, nous avons été contactés pour prendre le départ », explique Gaëtan Sgualdino, président de la SPA. La saisie s'est poursuivie jusqu’à 22 heures et a une nouvelle fois mis les cœurs à rude épreuve.

D’autant plus que certains animaux, les mâles reproducteurs, ont été laissés sur place. « Évidemment, l’éleveur aura plus de difficultés en n’ayant plus que des mâles mais nous déplorons cette façon de faire car les conditions de détention sont déplorables. Ce genre de saisie nous conforte plus que jamais dans l’idée que ce type d’élevage devrait purement et simplement être interdit. »

© DR

Et Gaëtan Sgualdino d’ajouter : « On ne parle pas ici d’un éleveur qui gère quelques portées par an mais d’une véritable usine dans laquelle les animaux ne sont considérés que comme des outils de reproduction. Les animaux saisis sont peureux, prostrés,… Ils n’ont jamais été sociabilisés et portent dans leur regard le traumatisme d’une vie de misère. »

Les neufs chiens pris en charge devront bénéficier de soins et d’un long travail de socialisation. « Il s’agit d’akita, de husky, de shiba ou encore de dogue. Que des chiens à la mode… D’un point de vue physique, ils ne se portent pas trop mal mais ils sont clairement négligés, le poil n’est pas beau et ils sont pour certains couverts de cicatrices. S’agit-il de maltraitance ou se sont-ils battus ? Difficile à dire. »


Pour l’heure, tous sont au refuge, à l’exception d’un chihuahua en piteux état qui doit être opéré au niveau de l’œil et qui sera ensuite placé en famille d’accueil. « Ils ne sont pas encore à l’adoption mais les personnes qui seraient intéressées peuvent se manifester et venir les voir. Il faut être conscient que ce sont des chiens qui ont vécu l’enfer et qui pourraient de ce fait avoir l’un ou l’autre petit problème de comportement, même s’ils seront sociabilisés chez nous. »

Comme toujours, l’adoption doit être un acte mûrement réfléchi.