Centre

Carlo Di Antonio a rejeté la demande du promoteur introduite sur recours

C'est un nouveau rebondissement d'une saga qui aura agité beaucoup de monde, à Braine et ailleurs. Comme l'annoncent nos confrères de la Nouvelle Gazette, Carlo Di Antonio a refusé le permis pour l'élevage de 1.800 porcs à Ronquières.

Le projet avait été déposé par une famille d'agriculteurs brainois, les Pattyn. Mais il avait immédiatement provoqué une levée de boucliers. De la part de riverains, qui craignaient les nuisances. Mais aussi de la part de citoyens inquiets du bien-être animal. Le combat contre la porcherie industrielle avait ainsi mobilisé de nombreuses personnes. Elles estimaient que ce type d'élevage ne correspond plus aux nouvelles tendances qui se développent dans le monde agricole et qui sont plus respectueuses de l'environnement et des animaux.

Le promoteur du projet rétorquait qu'il respectait toutes les normes en vigueur. Et pointait l'hypocrisie de ses détracteurs qui s'attaquent aux fermiers locaux alors que les filiales de l'agrobusiness importent de la viande produite dans des conditions bien pires.

En février, la Ville de Braine auprès de laquelle la demande de permis avait été introduite, décidait d'un refus. Première victoire pour les opposants à la porcherie. Le promoteur avait d'abord annoncé jeter l'éponge avant d'introduire finalement un recours, un mois plus tard. C'est sur ce recours que le ministre Di Antonio vient de trancher, confirmant le refus de la Ville de Braine.

Suite et fin ? Théoriquement, le promoteur peut une dernière fois contester l'impossibilité de mener son projet à terme. Il devrait pour cela introduire un recours au Conseil d'État. La procédure serait longue. Et pour l'heure, rien ne dit que Luc Pattyn s'engagera sur cette voie. Nous l'avons joint par téléphone. Mais il maintient la même position depuis plusieurs mois : refuser tout commentaire pour ne pas jeter d'huile sur le feu.