Centre

Le traditionnel marché aux fleurs de la fête des mères se tiendra les 12 et 13 mai

Ces 12 et 13 mai se tiendra la 81e édition du traditionnel marché fleuri de la Fête des Mères sur les places Communale et Maugrétout et le boulevard Mairaux, à La Louvière. Comme chaque année, de nombreux horticulteurs seront présents afin de présenter au public leurs différentes producteurs en plantes vertes, plantes annuelles et vivaces ou en bulbes.

Et vu le succès remporté par cet événement les années précédentes, la ville a décidé de renouveler l’opération « jardinières fleuries. » Ainsi, le samedi 12 mai de 10 heures à 16 heures, face à la Cité Administrative (rue des Faïenciers), le service plantation de la ville sera présent afin de réaliser les bacs et jardinières des visiteurs avec les plantes qu’ils auront préalablement achetés sur le marché.

Autant écrire que tout est fait pour attirer le public et faire de cet événement une réussite. Pour permettre à chacun de le vivre sans stress, la ville rappelle que des places de stationnements gratuits sont à disposition au parking de la gare du Centre, au parking de la rue Nothomb, au parking de l’hôtel de ville, au Louvexpo ou encore à la rue de Belle-Vue. Plus original, entre 9 heures et 17 heures, le petit train touristique de la Province de Hainaut assurera la navette entre la gare du Centre et le marché fleuri. Avis aux amateurs !

Après un passage par le marché, chacun aura la possibilité de s’inscrire au 19e concours communal « ville fleurie », qui aura lieu du 16 juin au 30 septembre. Les inscriptions sont possibles jusqu’au 15 juin, soit par téléphone (064/277 980) soit via e-mail (tnegrinotti@lalouviere.be). Le concours comptera sept catégories de fleurissement, à savoir : façades fleuries, jardin à front de rue, terrasses et balcons, commerces fleuris, fermes fleuries, quartier beLLe viLLe (participation collective et individuelle) et, enfin, Plan Maya.

Cette dernière rubrique est ouverte à toutes et tous et s’inscrit dans la réalisation de jardins au naturel, propices à l’épanouissement de la vie sauvage et notamment des abeilles domestiques qui subissent une régression inquiétantes en Wallonie. Les abeilles sauvages subissent un déclin plus important encore, causé principalement par le manque de fleurs dans notre environnement.