Centre

Un millier de participants ont pris part à la troisième édition de l’Urban Heroes Challenge ce dimanche.

Pour la troisième année consécutive, la Cité du Gille a troqué ses sabots contre une paire de baskets à l’occasion de l’Urban Heroes Challenge. 

« Il s’agit d’un événement sportif ludique, mêlant trail urbain et course d’obstacles. Un concept inédit en Belgique », détaillent les organisateurs. « Histoire de corser encore plus l’aventure, une quarantaine d’obstacles sont à franchir tout au long du parcours : ramping, grimpe, labyrinthe, bain moussant géant, jeux de tir et d’agilité, escalade et bien d’autres surprises attendent les candidats à chaque détours. »

Pour ce nouveau rendez-vous, un bon millier de participants a répondu à l’appel. Parmi eux, on retrouvait des sportifs aguerris comme des coureurs plus modestes. « Je me suis lancé un défi : celui de parcourir un circuit de 12 kilomètres en plus de franchir les nombreux obstacles répartis sur l’ensemble de l’entité binchoise », avoue Quentin, un candidat originaire de la Cité des Remparts. « Il est toujours agréable de prendre part à de tels événements, encore plus lorsqu’ils sont organisés dans notre chère ville. »

En termes d’épreuves, les participants ont été gâtés. En centre-ville, la technique des coureurs étaient mises à rude épreuve avec des passages dans des cafés, différentes escalades et autres glissades. 

En dehors des murs de la cité fortifiée, il s’agissait de franchir étangs et rivières, tout en empruntant des sentiers peu communs, à l’aide d’une simple corde. 

« L’atout majeur de l’Urban Heroes Challenge, c’est qu’il s’adapte à tous les publics », confie Laurie, une participante. « Celles et ceux qui ne se sentent pas capables de franchir un obstacle peuvent le contourner même si, de manière générale, tout est abordable pour les aventuriers novices ou confirmés. »

Sous une météo étincelante, la troisième édition de l’Urban Heroes Challenge a été une réussite. Encore plus à l’arrivée, lorsque les courageux coureurs ont la chance d’être récompensé avec une… Binchoise au fût. « On n’oublie pas d’où l’on vient », termine Quentin.