Charleroi-Centre

Dans la foulée de l’annonce du plan climat de Charleroi, Jean Fersini (PS) s’est lâché sur les réseaux sociaux, en début de semaine dernière. Si le bourgmestre de la commune voisine d'Aiseau-Presles salue l’initiative, il a néanmoins décidé de vider son sac.

Jean Fersini, nous vous sentons irrité.

"C’est le cas. C’est frustrant de constater que certains veulent nous donner des leçons. À Charleroi, tout s’active positivement. Or, pour les petites communes de l’arrondissement, rien ne change. Notamment au niveau environnemental. Nous ne sommes pas sur la même longueur d’onde que le port autonome de Charleroi."

Pourriez-vous poser un acte fort en adhérant à la Convention des Maires, par exemple ?

"Non, car nous n’avons pas attendu la Convention des Maires pour diminuer le rejet des gaz à effet de serre au sein de la commune. La Convention des Maires a l’ambition de diminuer de 40 % les émissions de CO2 d’ici 2030. À Aiseau-Presles, nous sommes attentifs à cela depuis longtemps. Nous sommes proches, voire au-delà des 40 % désirés par ladite convention."

Comment expliquez-vous cela ?

"Nous avons largement fait notre part du travail avec l’installation de l’unité de biométhanisation. En outre, nous utilisons également des véhicules électriques. D’autres projets sont encore à l’étude, à ce sujet. Nous aurions aimé faire plus. En ce sens, nous avions proposé un concept pédagogique en introduisant un dossier Feder. Mais là encore, c’est Charleroi qui a tout eu."

En voulez-vous à Charleroi ?

"Pas le moins du monde. Au contraire même. C’est positif de voir que la ville évolue. Hélas, quand Charleroi se porte bien, ce sont les communes de son arrondissement qui suffoquent."

Au niveau environnemental, votre commune est régulièrement pointée du doigt.

"Oui mais sans plan climat, nous avons déjà atteint nos objectifs en matière de CO2. Chez nous, le problème majeur est lié aux particules fines. Sans compter que les dossiers comme Carolo Recycling ou Immoroute compliquent notre quotidien. Je le répète, Aiseau-Presles ne doit pas être la poubelle de la Wallonie."

M.Co.