Charleroi-Centre Le Douaire est une résidence service pour le 3e âge à Anderlues. L’ensemble du bâtiment et des lits doivent être remis en conformité, sans quoi l’institution devra fermer.

Problème : si c’est la commune qui est propriétaire du bâtiment depuis 1991, c’est l’ASBL Le Douaire qui a la gestion des lits. Or une rénovation, estimée aujourd’hui à 10 millions d’euros est impayable pour la commune. Une solution serait de donner, ou céder, pour 1 euro symbolique, le bâtiment à l’ASBL, pour qu’elle s’engage à faire les rénovations. C’est d’ailleurs la piste que la commune a voulu suivre, avant de se faire taper sur les doigts par le ministre : avoir payé un loyer régulier ne signifie pas qu'on puisse devenir propriétaire.

Dans un arrêté du 22 mars, le ministre Pierre-Yves Dermagne répondait à la demande d’Anderlues, qui voulait céder le bâtiment à l’ASBL. Par la négative. "La délibération est illégale." Il aborde le problème du conseil d’administration : "Si, actuellement, ladite ASBL semble n’avoir pour membres que les bourgmestre, échevins et conseillers, il est étonnant que les statuts n’indiquent nullement qu’il s’agit d’une ASBL communale. La question posée au collège par l’administration afin de savoir si les membres avaient été désignés par le conseil communal ou s’ils siégeaient à titre privé est restée sans réponse."

L’opposition MSJCanon-cdH s'est insurgée : "On sait depuis 2000 qu’il faut rénover. Je pense que vous avez essayé de laisser pourrir ce dossier. Soit par négligence, soit pour extirper le bâtiment à la commune, et l’approprier à l’ASBL, c’est-à-dire vous", vociférait le conseiller Hadrien Polain à l’adresse du collège. "Si cette décision du ministre de ne pas autoriser le don n’était pas tombée, nous aurions déposé plainte... et vous auriez été encore plus enfoncé dans votre dossier qui pue."

La commune devra donc vendre le bâtiment : arrivera-t-elle à trouver un acquéreur et à sauver à la fois les emplois et les résidents ?


Retrouvez ce dossier en entier dans votre DH Charleroi-Centre.