Charleroi-Centre

La chambre du conseil de Charleroi a confirmé mercredi le mandat d'arrêt du quatrième inculpé dans le dossier de l'attaque à la machette de Charleroi. 

Rezki A., le compagnon de Sabrina Z. arrêté la semaine dernière, est soupçonné d'avoir donné l'arme à l'homme qui a blessé les deux policières carolorégiennes. La semaine dernière, la police judiciaire fédérale a mené huit perquisitions dans la région de Charleroi. Elles concernaient l'attaque à la machette survenue le 6 août dernier à l'hôtel de police de Charleroi. Khaled Babouri, un Algérien en séjour illégal, avait grièvement blessé deux policières à l'aide d'une machette avant d'être abattu.

L'enquête a mené à l'interpellation de six personnes, dont trois ont été immédiatement placées sous mandat d'arrêt pour participation à une organisation terroriste et tentative d'assassinat dans un contexte terroriste. Ils sont soupçonnés d'avoir apporté un soutien logistique à l'auteur ou d'avoir participé à sa radicalisation.

Le 3 décembre, le mari de l'une des inculpées qui se trouvait en Algérie est rentré en Belgique et s'est livré aux enquêteurs afin d'être entendu. Rezki A. est suspecté d'avoir donné la machette à l'auteur de l'agression, ce qu'il conteste formellement. Il a néanmoins été placé sous mandat d'arrêt et a vu sa détention prolongée d'un mois, ce mercredi, par la chambre du conseil de Charleroi. Les trois autres suspects avaient déjà subi le même sort lundi.