Attention aux faux policiers

D. A. Publié le - Mis à jour le

Charleroi-Centre

Les vols par ruses se multiplient sur la région de Charleroi

CHARLEROI La région de Charleroi est confrontée à une nouvelle vague de vols par ruse avec abus de confiance. “La semaine dernière, nous avons enregistré trois faits sur une seule journée”, confirme le commissaire Philippe Goffaux de la police de Charleroi.

Commun dénominateur : la présence de faux policiers en uniforme. Georgette (prénom d’emprunt), de Montignies-sur-Sambre, en a fait les frais. “Je regagnais mon appartement après avoir effectué mes courses dans un magasin de Marcinelle ”, rapporte la victime âgée de 82 ans. “ Sous le prétexte de me présenter des échantillons, une jeune femme s’est introduite chez moi. Elle m’a attirée dans la cuisine pendant que deux acolytes entraient à mon insu. Dans de faux uniformes policiers, ils m’ont mis en confiance en exhibant une prétendue carte de service. Ils m’ont raconté que la femme que j’avais accueillie était une voleuse, qu’il fallait s’assurer que mes bijoux n’avaient pas disparu et que mes économies étaient toujours là. Comme je n’ai ni l’un ni l’autre, ils m’ont demandé de vérifier que j’étais toujours en possession de mes cartes de crédit, m’en ont soutiré le code secret et les ont emportées sans que je m’en aperçoive en me disant qu’une autre équipe allait venir pour relever les empreintes. Quand j’ai appelé le commissariat une demi-heure plus tard, deux retraits de 650 € avaient déjà été effectués à Gilly. Je n’en reviens toujours pas .”

La police met en garde contre les agissements de ces bandes organisées : faux agents du téléphone ou des eaux, employés de la Région wallonne chargés d’opérer des relevés, vérificateurs imaginaires, faux pompiers, les scénarios se suivent et ne ressemblent pas mais les victimes se multiplient.

Pour éviter de mauvaises surprises, le commissaire Goffaux recommande la plus élémentaire prudence. “En service, les équipes ont toujours des voitures officielles ainsi qu’une radio”, dit-il.

Les policiers ne sont pas habilités à exiger un code secret ni à demander la cachette des économies. En cas de doute, il ne faut pas hésiter à former le numéro d’urgence 101 pour se faire confirmer qu’il s’agit bien d’une patrouille.

Georgette va écrire à l’échevinat du Troisième Âge pour que l’information sur les arnaques de seniors soit renforcée.



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner