Charleroi-Centre Elles vont proposer des améliorations pour rendre la ville plus apaisante.

Comment les jeunes femmes appréhendent-elles l’espace public à Charleroi ? Son aménagement répond-il à leurs attentes, s’y sentent-elles en sécurité, avec l’envie de s’y attarder ou d’y flâner ? Pour le définir, le centre Jeunes Taboo (dans le giron de la FGTB) et JOC (Jeunes Organisés et Combatifs, dans la mouvance chrétienne) ont invité leurs militantes à participer à des marches exploratoires.

"Concrètement, nous avons formé des petits groupes pour sillonner des quartiers du centre-ville", explique Louise Billion de Taboo. Ceux-ci ont été "testés" en conditions réelles. Objectif : "confronter nos ressentis aux réalités urbaines en vue de proposer des améliorations." Voire d’intégrer de nouveaux paramètres dans la conception de l’espace public. (...)