Charleroi-Centre

Ce vendredi, après 8 mois d'activités diverses, l'opération Gaff' à la route a célébré sa journée de clôture au Palais des Expositions de Charleroi. 8 écoles secondaires de l'entité avaient participé à ce projet, qui a pour but de sensibiliser les jeunes à la sécurité routière de manière divertissante. Celui-ci était porté par la compagnie du HazArt et des échevinats carolos, et financé par le gouvernement wallon qui a déboursé 80.000€.

Après s'être arrêté à Bastogne, Namur et Verviers, Gaff' à la route avait décidé de poser ses valises à Charleroi. L'opération, proposée dans les différentes écoles, a connu un succès inespéré. Au vu des nombreux retours positifs, il est probable que cette même thématique soit abordée avec d'autres ASBL dans un futur proche.

"Ce projet me tenait vraiment à coeur", déclare Eric Goffart (cdH), échevin de la Sécurité Routière. "Il nous a offert la possibilité d'une collaboration autour d'un projet qui met l'humain au centre. Ce sont des jeunes qui sensibilisent d'autres jeunes, nous pensions que ça les marquerait davantage comme ça."

Plusieurs activités étaient au programme : slam, flashmob, concours de slogan, spectacles en tout genre, ... Tout était réuni pour donner au projet un aspect artistique, créatif et ludique. Après s'être investis longuement dans les ateliers choisis, les élèves de chaque école présentaient leurs réalisations devant un public composé majoritairement des élèves d'autres écoles.

"Le fait de montrer ce qu'ils ont fait aux autres établissements scolaires, ça leur a rajouté une pression, une envie de bien faire. Certaines écoles ont aussi eu des ateliers assez professionnels" explique Julie Patte (PS), échevine de l'Enseignement. "Le CECS La Garenne avait enregistré un spot radio qui passe depuis plusieurs jours sur les ondes, et d'autres élèves ont écrit une chanson qui sera interprétée par Typh Barrow. Au fond, l'enseignement, c'est aussi faire de nos jeunes des citoyens éclairés, réfléchis et intelligents."

Les enseignants ont paru, eux aussi, ravi du succès de l'opération et de l'implication des étudiants. "Nous avons eu de très bons retours des élèves, ils étaient acteurs tout le long de l'opération et se sont donc sentis vraiment impliqués", relate Frédéric Brogniez, proviseur de l'Athénée Royal Orsini Dewerpe de Jumet.