Charleroi-Centre C'est l'inquiétude pour le site carolo de General Electric, l'ancienne division d'Alstom Energie rachetée par le groupe il y a 2 ans.

Un conseil d'entreprise extraordinaire est prévu demain matin, a alerté le permanent FGTB Romeo Bordenga. Et ce, alors que General Electric a prévu 4.500 emplois supprimés en Europe selon le journal français Les Echos.

Plus de 130 personnes travaillent sur le site de Marchienne-au-Pont, dans des activités de maintenance principalement dans le nucléaire.

Et c'est l'inconnue pour eux: il a été annoncé de source syndicale qu'aucun emploi ne serait supprimé en France, mais également que la Suisse, l'Allemagne et le Royaume-Uni, eux, sont bel et bien concernés.

On se souvient avec douleur du conseil d'entreprise extraordinaire qui avait précédé la fermeture du site de Caterpillar Gosselies. La Belgique compte 2 autres sites à Verviers et Gand, avec une quinzaine de travailleurs chacun. C'est l'inconnue là-bas également.

L'annonce tombe mal, trois ans à peine après une première vague de suppression d'emplois qui avait déjà touché le site carolo. Romeo Bordenga a déclaré à l'agence Belga: "Si le groupe devait réduire l'emploi à Charleroi, il toucherait à l'activité même."