Charleroi-Centre Plusieurs propriétaires ont entamé une modernisation immobilière.

A Charleroi ville basse, la construction du centre commercial Rive Gauche s’impose comme un levier de renouveau architectural et urbain. Dans le périmètre, plusieurs propriétaires ont entamé une modernisation immobilière. Des investisseurs ont acquis des biens pour y développer des activités innovantes et attractives.

C’est le cas de Jürgen De Wijn et de ses deux associés français, Olivier Genin et Olivier Geraci. Ils consacrent 5 millions d’euros à la rénovation complète et à l’équipement horeca de trois bâtiments. Leur manufacture urbaine s’articule autour d’une micro-brasserie -" l’Atelier"- à l’ancienne médiathèque de la rue de Brabant, d’un restaurant -" la Table"- sur la place Buisset dans le building Randstad et enfin, un centre de recherche et développement avec des espaces polyvalents pour l’accueil d’entreprises -" Le Siège"- dans l’ancien bâtiment de la régie des eaux sur le quai de Brabant, au n°11. Le fil conducteur de leur projet, c’est l’identité carolo et les circuits courts.

Ils veulent remettre à l’honneur des produits de qualité et en maîtriser la transformation : dans le respect des normes d’hygiène et de sécurité, l’Atelier comportera à la fois une zone de production de bières artisanales, une micro-boulangerie et un espace de torréfaction de café. La carte des bières évoluera de saisons en saisons.

Le brassage s’effectuera au rez de chaussée dans un beer pub d’une capacité de 60 places, l’enfutage et l’embouteillage étant installés au deuxième étage. Les pains seront élaborés au premier, là où les grains de café vert seront lentement grillés.

Des espaces de dégustation seront ouvert à différents niveaux, y compris en toiture où une terrasse panoramique dominera le quartier. Sur toute la hauteur de l’ancienne médiathèque, les architectes ont créé un vide pour remettre en valeur les volumes, avec des mezzanines et des balcons.

Les fabrications se feront à partir de matières premières de la région : céréales, farines, levures. Idem pour les plats qui seront proposés sur place, et cuits dans le four de boulangerie sous les yeux des consommateurs. Le projet intègre enfin une dimension pédagogique : "Nous avons l’intention d’organiser des visites de groupes et même des formations."

L’Atelier de la manufacture urbaine se veut un lieu de création et de culture : dans ce cadre, il accueillera des artistes pour des expos et des performances. Une salle de concert d’une centaine de places sera aménagée au deuxième. Ouverture prévue en février 2017, en même temps que le shopping.