Charleroi-Centre Les mandats des hommes politiques ont été dévoilés dans le courant de la journée de vendredi.

Dans la région de Charleroi, la palme d'or revient à Albert Depret (MR), bourgmestre de Momignies, avec 34 mandats, dont 10 rémunérés. Il est d'ailleurs 2e homme politique le plus "cumulard" de Belgique : commune, province, intercommunales, asbl, associations, agence d'emploi, enseignement, il est partout.

Juste après, on retrouve Philippe Lejeune (PS), qui réussit à cumuler... 28 postes différents. Il est bien évidemment bourgmestre de Merbes-le-Château, mais aussi directeur des hôpitaux de l'ISPPC (il n'est plus, effectivement, directeur aujourd'hui, l'affaire est devant les tribunaux), administrateur du C.H.U. Tivoli, médecin à la Lejeune SPRL, administrateur des mutualités Solidaris, et d'autres encore, à côté des cours qu'il dispense à l'ULB. Son salaire, juste pour l'ISPPC (un poste qu'il ne pouvait pas occuper à temps plein vu qu'il avait également 27 autres postes en même temps), avait choqué : 340.000 euros par an. Même si tous ces mandats ne sont pas rémunérés (et heureusement...), et que certains sont obligatoires dus à son poste de bourgmestre, il y a de quoi s'acheter quelques cigarettes.

Peu après dans la liste, il y a Michel Mathy (PS) de Châtelet, et Nicole Goisse (PS) de Pont-à-Celles, avec respectivement 23 et 19 mandats. Dominique Van de Sype (PS) de Beaumont avec 16 mandats et Philippe Charlier (cdH) d'Aiseau-Presles, 16 également, complètent ce début de liste.

À noter que cette liste de mandats a été établie en 2016 et que plusieurs choses ont changé pour différentes personnes depuis. Malgré tout, il y a de quoi s'interroger : si certains postes, même rémunérés (souvent quelques dizaines d'euros), ne demandent qu'une vingtaine d'heure par an pour assister à différentes réunions et conseils d'administrations, comment certaines personnes arrivent à assumer autant de responsabilités, tout en ayant, parfois, un vrai job à temps plein à côté ? Il y a de quoi s'arracher les cheveux.