Charleroi-Centre Les noms de rue, les "Bienvenue à" dans les anciennes communes, et les éclairages des quais ne seront pas décrochés.

Les fêtes sont finies et 2018 commence sa course : le 15 janvier, les illuminations de Noël seront enlevées. La Ville les loue à l’entreprise Blachere, qui avait remporté le marché, soit 300.000€ par an, sur 3 ans.

"Tout l’équipement, pour la première fois entièrement au Led, est loué", signale l’échevin des Commerces, Philippe Van Cauwenberghe (PS), à qui revient la charge des illuminations de Noël. "300.000 euros peut sembler énorme, mais on couvre beaucoup de rues du centre-ville et des anciennes communes. C’est le prix de la tranquillité aussi : quand quelque chose ne va pas, on les appelle. Et les gens ne le savent souvent pas, mais c’est notamment eux qui s’occupent des grands sapins sur les places."

Nouveauté : les noms des rues, en banderole entre deux façades, sont là pour rester. Turenne, Dauphin, etc. Même chose pour les enseignes "Bienvenue à" qui sont apparues aux différentes entrées des anciennes communes de Gilly, Jumet, Ransart, Mont-sur-Marchienne et Gosselies (là où il y a des associations des commerçants, NdlR). "Pour les quais, pareil", ajoute Van Cau. "Ça peut servir pour les brocantes, les événements, ou même simplement la nuit, pour mieux éclairer."

S’il ne sait pas encore quand ou pourquoi exactement ces illuminations seront allumées, ou même si elles resteront éclairées tout le temps, ou non, l’échevin note par contre un impact très positif sur les rues où ces enseignes sont présentes. "Ça renforce l’identité, et ça attire les gens. Il y a des mois assez sombres, comme ici, et ces éclairages renforcent le sentiment de sécurité."

L’année prochaine, pour Noël, Van Cau espère étendre les panneaux "Bienvenue à" aux 9 autres anciennes communes.