Charleroi-Centre

Revitaliser l’intra-ring, y faire revenir des usagers et des habitants, c’est le grand défi de la majorité communale carolo PS-MR-CDH. Plusieurs acteurs du développement urbain participent à l’opération. Parmi eux, l’ASBL Charleroi centre ville. “En une mandature, le nombre et le spectre de nos missions a largement évolué” , selon sa directrice Sophie Colin, à la tête d’une équipe de vingt-deux stewards et gestionnaires de projets.

Dans le cadre de son métier de coordinateur et d’animateur d’événements, l’ASBL s’active aux préparatifs de “Un jardin dans la ville”, qui démarre ce week-end. “Sur la place de la Digue, nous reconstituons le décor d’un jardin avec mille mètres carrés de pelouse, des espaces de bien-être, des jeux en bois” , indique l’échevin Philippe Van Cauwenberghe (PS) qui préside l’ASBL. “Après une soirée festive le vendredi, l’objectif est d’attirer les familles. Des artisans investiront le lieu, et proposeront des produits essentiellement bio (alimentation, vêtements, articles de soin et de beauté) les deux jours de 10 à 20 h (entrée gratuite). Quatre mille visiteurs sont attendus.”

Charleroi centre ville coordonne aussi des manifestations grand public : Brocante des quais (qui investira le quartier de la place Verte cette année), Village de Noël, Quartier d’été attirent plusieurs centaines de milliers de personnes. L’événementiel n’est pas le seul domaine d’action de l’ASBL. Elle intervient dans la communication sur les chantiers (Métro, Rive Gauche, et bientôt Charleroi DC), gère la fabrique à boutiques et le premier magasin partagé de créateurs de Wallonie (Pop and C), participe à des groupes de travail et à des task force sur la mobilité, le parking, la logistique, sans oublier la gestion de centre ville (enquêtes chalands, comptage des flux piétons, recensement des cellules commerciales vides…).

“Nos stewards sont soumis à une plus grande polyvalence” , note Sophie Colin. “Ils continuent à assurer l’accueil et l’information en ville mais participent à des projets.” Exemples : un cadastre de la signalisation des carrefours de l’intra-ring, un recensement des emplacements de parking PMR, une enquête auprès des commerçants, etc. Depuis l’ouverture du shopping Rive Gauche le 9 mars, les flux piétons ont connu des augmentations significatives sur les axes commerçants. De manière un peu paradoxale, la Montagne qui a perdu les trois quarts de ses magasins en bénéficie. Les données seront affinées prochainement.