Charleroi-Centre Lors du dernier conseil communal, le groupe MR a déposé une motion relative à la transparence et la bonne gouvernance dans les intercommunales, ainsi que dans les structures dans lesquelles la commune est impliquée. 

Vu l’indignation générale des citoyens et des membres du conseil communal suite aux comportements de certains administrateurs de Publifin, jetant le discrédit sur tous les élus politiques" , il était temps de réagir, comme l’a mentionné le MR dans son communiqué.

Cette réaction se matérialise par une motion où les membres du conseil communal demandent au gouvernement wallon, "d’exécuter le décret adopté le 28 avril 2014 et de désigner des commissaires du gouvernement au sein des intercommunales à portée stratégique, d’établir un cadastre complet des rémunérations au sein des intercommunales, de l’adresser au Parlement, de mieux encadrer ces rémunérations, d’élargir ces obligations aux filiales et aux participations indirectes de ces intercommunales."

La motion va plus loin que ce qui a été évoqué par le gouvernement wallon. Ainsi, Courcelles a également prévu de "mettre sur pied une commission de déontologie et d’éthique pour lutter contre les conflits d’intérêt et contrôler de façon indépendante les rémunérations des élus." De plus, il est envisagé "de limiter le nombre de mandats et le montant de rémunérations d’administrateur qu’une même personne peut assumer au sein d’une entité dérivée, comme une entreprise publique, une intercommunale, de limiter les rémunérations publiques et privées d’un élu sous un seuil raisonnable, afin d’éviter les conflits d’intérêt et de garantir qu’ils consacrent leur temps à leur mandat principal."

Enfin, Courcelles souhaite "transmettre la même demande au gouvernement fédéral pour les élus fédéraux, tout en garantissant le contrôle et la bonne gouvernance des intercommunales en leur imposant une structure et des modes de gestion transparents et démocratiques." Bref, ça risque de bouger dans les prochaines semaines.