Charleroi-Centre

Si vous avez la (mauvaise) habitude d’appuyer sur le champignon en agglomération, prenez garde !

La zone de police des Trieux, qui couvre les territoires de Fontaine-l’Evêque et Courcelles, vient de se doter d’un lidar.

L’équipement a été mis à la disposition de la police par la Région wallonne. "Il sera installé à raison de deux fois une semaine par mois", communique la zone de police. "Et ce, pour une durée de quatre mois." Depuis le début du mois de septembre, le lidar est fonctionnel et se retrouve le long de certaines rues des deux entités. "Au total, ce ne sont pas moins de huit lieux critiques en matière d’excès de vitesse qui seront ainsi contrôlés 24 heures sur 24."

Pour celles et ceux qui dépasseraient les limitations de vitesse, le coût des amendes risque de les inciter à lever le pied. En agglomération, en zone 30, aux abords des écoles et dans les zones résidentielles ou de rencontre, les montants grimpent rapidement.

Pour un excès de vitesse compris entre 0 et 10 kilomètres/heure, l’amende se chiffre déjà à 53 euros. Entre 10 et 20 kilomètres/heure en plus, l’amende de 53 euros est toujours valable mais il faut y ajouter 11 euros par kilomètre/heure supplémentaire. À 30 kilomètres/heure au-dessus de la limite autorisée, c’est le tribunal qui tranche. Cela balance entre 80 et… 4.000 euros, avec une déchéance du permis de conduire. "Au fur et à mesure que le risque d’accident augmente, les amendes augmentent également", justifie la zone de police des Trieux.

La vitesse restant l’une des principales causes d’accidents graves et mortels, la police souhaite faire réfléchir les automobilistes imprudents. "De telles actions intègrent la politique de la zone de police en matière de sécurité routière. En l’occurrence, dissuader les usagers de la route à commettre des excès de vitesse", rappelle la zone. "N’oublions pas que la vitesse influe, à la fois, le risque d’accident et la gravité des accidents. Si cela peut faire réfléchir certain, une part de l’objectif est déjà remplie. En résumé, levons le pied !"

M.Co.