Du retard pour le gouverneur !

F. Sch. Publié le - Mis à jour le

Charleroi-Centre

La nomination du successeur de Claude Durieux prend du temps

MONS Le Père Noël n’aura pas encore dans sa hotte, un nouveau gouverneur pour la Province de Hainaut. L’homme est dit-on fort occupé en ce moment, et il aura un certain retard. Or, l’actuel gouverneur, Claude Durieux, partira à la retraite, le 31 décembre prochain. En fait, le gouvernement wallon n’a pas (encore) désigné son remplaçant.

Cette non-nomination, serait la conséquence d’un blocage politique, à Namur, dans les rangs de la majorité PS-CDH-ECOLO. Des tiraillements qui pourraient donc priver la province de gouverneur. Et ce, alors que l’on avait déjà demandé à Claude Durieux, de rallonger son mandat jusqu’à la fin de l’année. Il devait partir en octobre.

L’intérim devrait être assuré au Palais provincial par l’un ou l’autre des commissaires d’arrondissements. Il s’agit de Guy Bracaval et Daniel Schreiber. Mais, là, ça fait un peu désordre. D’autant que la Province se bat pour une reconnaissance, à plusieurs niveaux, et que certains voudraient la voir disparaître.

Pour l’anecdote, l’entrée en fonction de Claude Durieux – le jour de la catastrophe de Ghislenghien, Ndlr – avait nécessité elle aussi, un intérim. C’était le commissaire d’arrondissement Guy Petit, qui avait eu la charge de coordonner le plan d’urgence, tandis que le nouveau gouverneur prêtait serment. La nomination de Durieux avait fait l’objet d’un troc entre le PS et le MR. Le Liégeois Paul Bolland, PS était remplacé par un MR, Michel Foret.

Et en Hainaut, c’est le MR Michel Tromont, qui était remplacé par un PS, en l’occurrence, Claude Durieux. L’arrivée du nouveau gouverneur se fera dans un climat d’économies. La Province perdra en effet un député, et près de 40 conseillers dès janvier.



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner