Charleroi-Centre

Des riverains se plaignaient du bruit que faisait une entreprise de pommes de terre, la nuit.

Il y a quelques semaines, plusieurs riverains du quartier de la gare se plaignaient de nuisances sonores durant la nuit.

Le bruit était si fort et dérangeant qu’il se faisait entendre jusque dans la commune voisine de Merbes-le-Château, à quelques kilomètres de là. "Fort heureusement, le problème a été résolu", a souligné Caroline Desalle (IC), lors du dernier conseil communal. Du moins, en partie. "En effet, il n’y a plus de nuisances pour l’instant mais une solution devra être trouvée, à l’avenir", commente le bourgmestre David Lavaux (IC).

Le bruit, si dérangeant pour les habitants du centre-ville erquelinnois, provenait des… pommes de terre de l’usine voisine.

"Il faut savoir qu’au beau temps, 40.000 tonnes de pommes de terre ont été récoltées. Elles ont toutes été installées dans le hangar tout proche. Étant donné qu’il a fait très chaud lors des récoltes, il était nécessaire de les refroidir", détaille l’échevin des Travaux Vincent Christiaens (IC).

Renseignements pris auprès de l’entreprise, la société préférait refroidir les pommes de terre en pleine nuit. "Pour la simple et bonne raison qu’il fait déjà plus frais à ce moment. Ensuite, le bruit s’explique également par la soufflerie qui fonctionnait durant la nuit." Bref, tous les ingrédients étaient réunis pour nuire à la tranquillité.

Aujourd’hui, les nuisances sont inexistantes. En réalité, elles se font moins entendre. "Pourtant, la soufflerie tourne toujours au sein de l’usine", précise le premier échevin Jonathan Delespinette.

"Cela étant, comme il fait nettement moins chaud, la soufflerie n’est plus obligée de tourner de façon aussi intensive."

Afin d’éviter que ce genre de dérangement ne refasse surface d’ici quelques mois, la commune d’Erquelinnes a décidé de prendre les devants. "Il existe la possibilité d’insonoriser les ventilateurs", selon l’échevin. La piste est à l’étude.