Charleroi-Centre

Louis-Philippe Loncke, de passage à Charleroi, pose ainsi un geste militant

CHARLEROI Les grandes villes belges sont reliées entre elles par des voies d’eau. C’est ce que Louis-Philippe Loncke a remarqué en regardant plus attentivement une carte de notre pays. “Ce réseau navigable est méconnu”, reconnaît-il. “J’ai donc décidé de faire le tour de la Belgique en kayak en utilisant ces voies.”

Ce citoyen, originaire de Mouscron, a mis son projet en place durant de longs mois. Il a démarré le 9 juillet de Bruxelles et pagaiera durant onze week-ends. Il était de passage à Charleroi samedi dernier. “Mon premier objectif est de découvrir ces voies navigables avec les difficultés logistiques que cela comporte. Je dois passer les écluses, par exemple. Le second but est de montrer à la population cette Belgique méconnue.”

Louis-Philippe Loncke utilise un appareil photo et une caméra durant son périple. Il veut ainsi garder des traces du patrimoine industriel, culturel et naturel des coins où il passe. “Ici, à Charleroi, on peut voir le métal en fusion. Ailleurs, je me retrouve dans des coins où il n’y a rien pendant des kilomètres, à part la nature. Je découvre des oiseaux qui n’ont jamais été approchés.”

Mais son projet a également un côté écologiste et militant. “Le troisième objectif est de conscientiser les gens à la crasse. Il suffit de faire quelques mètres sur l’eau pour voir des bouteilles vides, du plastique. Tout cela se décompose. Les poissons l’avalent et cela se retrouve dans nos assiettes. Je me dis qu’en montrant à la population les déchets qu’il y a, elle fera plus attention.”

Hier matin, ce sportif de 34 ans a quitté Charleroi pour aller vers Seneffe. Il est possible de suivre ses aventures sur son blog http://belgikayak.blogspot.com. À l’avenir, il espère réaliser un documentaire et monter une exposition de photos.



© La Dernière Heure 2011