Charleroi-Centre L’idole des jeunes sera à Charleroi ce samedi pour une séance de dédicaces.

Le blogueur français Jeremstar sera ce samedi 9 décembre au magasin Club, à Rive Gauche, pour dédicacer son livre Ma biographie officielle, publié chez Hugo&Cie. Nous l’avons joint sur son téléphone pour une interview exclusive.

Jérémy, c’est la première fois à Charleroi ?

"Non, j’y suis déjà venu, c’était il y a quatre ou cinq ans, à mes débuts, pour un événement nocturne dans une discothèque dont j’ai oublié le nom. Mais effectivement, ce sera une première fois pour une dédicace de livres. Je fais trois dates en Belgique."

Quels retours avez-vous de vos fans carolos sur les réseaux sociaux ?

"Beaucoup de messages de gens heureux que je vienne à Charleroi, qui n’est pas une ville inscrite dans la priorité des artistes ou des personnalités. Ils vont plus volontiers à Bruxelles. Je sais que beaucoup de fans venus à la Fnac de Liège il y a quelques semaines vont revenir me voir à Charleroi."

Charleroi serait donc aussi un nid de Jeremstarlettes ?

"Absolument. Vous savez, Charleroi, sur ce plan-là, c’est comme à Paris ainsi qu’énormément de villes de province où il y a des Jeremstarlettes."

Qui sont ces fans ?

"Je m’adresse à des jeunes qui sont sensibles au message que je transmets que ce soit sur le harcèlement scolaire, sur l’homosexualité et sur le travail, nous avons plein de choses en commun."

Et que vous disent-ils sur les réseaux sociaux ?

"C’est toujours un peu les mêmes messages. Les Carolos , pour le coup, m’écrivent : ‘ On a hâte, on est trop contents, merci de penser à Charleroi .’"

La tranche d’âge, plus de filles que de garçons, ou pas ?

"Mes fans ont entre 15-25 ans, les filles sont plus nombreuses que les garçons."

Vous avez eu dans votre émission sur le net des candidats de téléréalité carolos ?

"Non. Je me souviens principalement d’Amélie qui est de Liège, ainsi que d’Aurélie Dotremont, de Bruxelles, je crois."

Vous connaissez Vargasss92, le snapchatteur dont la visite a causé de la casse à Bruxelles ?

"Non, jamais entendu parler de lui. Avec moi, aucun risque vous savez. Quand je me déplace en France, en général il peut y avoir jusqu’à 3.000 personnes, et donc ça signifie un énorme dispositif de sécurité à mettre en place. Je ne fais pas de dédicaces improvisées, juste pour le plaisir d’en faire. Mes dédicaces sont des choses extrêmement encadrées, je n’ai jamais eu de casse, jamais eu de perturbateurs. Je suis entouré d’une douzaine de personnes et quand je dois aller saluer les fans à l’extérieur, tout est très sécurisé. D’accord, des fois ça déborde un peu, j’ai eu des cas où la police a demandé l’arrêt de la dédicace parce que ça allait trop loin. Mais si ça reste un public très bruyant, c’est toujours bienveillant. Je n’ai jamais déclenché de bagarres, juste des hurlements, des manifestations de bonheur de la part des Jeremstarlettes."

Ces fans débordent sur votre vie privée ?

"Oui, d’ailleurs suite à des intrusions répétées dans mon immeuble à Paris, j’ai été amené à recruter deux gardes du corps."

La séance carolo va durer quatre heures. De 14 à 18 h. Vous tiendrez le coup ?

"C’est moi qui demande à ce que chaque séance dure au moins quatre heures. C’est le minimum. Il m’arrive de prolonger d’une heure ou une heure et demie pour avoir le temps de voir le maximum de personnes. Je fais une animation au début en saluant tout le monde. Je vais dehors, je fais quelques snap en saluant la foule et puis on commence les dédicaces."

Un mot pour vos fans carolos ?

"J’espère qu’ils seront nombreux, que ce sera un succès comme Liège et Bruxelles. Et si c’est le cas, on pourra en remettre une en place pour le prochain livre. En matière de ventes, celui-ci s’est écoulé à 43.000 exemplaires en un mois en France."