Charleroi-Centre

À La Louvière, on ne badine pas avec l’environnement. Une fois de plus, la Ville a décidé de diminuer son empreinte écologique. L’objectif est clair, il s’agit de réduire de 20 % l’émission de gaz à effet d’ici 2020. Pour arriver à ses fins, la Cité des Loups s’est inscrite au sein du programme POLLEC, une campagne lancée en mars 2012 par la Région Wallonne pour inciter les communes à signer la Convention des Maires.

Ce qui est désormais chose faite à La Louvière. “C’est l’affaire de tous”, précise Jean Godin (PS), échevin de l’environnement. “Cela touche aussi bien les citoyens que les entreprises. L’administration peut être un élément mobilisateur”. Grâce au soutien financier de la Région Wallonne, plus de 134 millions seront investis d’ici 2020 sur la zone dont 21 millions à charge de la commune. Le retour sur investissement serait conséquent puisque la Ville gagnerait entre 13 et 20 millions d’euros par an.

Un bilan des émissions de CO2 a d’ailleurs été réalisé pour l’année 2012. Elles sont à hauteur de 445.883 tonnes de CO2 par an pour La Louvière. L’objectif est donc de réduire ce nombre de 127.000 d’ici 2020. “Si rien n’est fait, la facture énergétique risque d’augmenter de plusieurs millions d’euros”, explique Michael Cotton de l’ASBL Objectif 2050.

Un plan d’actions a été établi tant pour la Ville que ses citoyens. “La Ville a montré l’exemple notamment en matière de mobilité et de sensibilisation vers les agents communaux ou les écoles”. Des indemnités sont prévues pour les agents venant travailler en vélo et les abonnements TEC et SNCB sont remboursés. “La Ville a également créé des ecoteam pour aider les agents à modifier leur comportement. Nous conseillons d’ailleurs d’étendre ce système”.

Les citoyens ne sont pas oubliés. “Nous conseillons d’améliorer la performance énergétique de leur logement”. Cela passe par l’isolation de la toiture mais aussi de modifier leur comportement en réduisant par exemple la température d’1°C. “Ils peuvent aussi privilégier les TEC et, pour les petits trajets, pratiquer le vélo ou la marche à pied”. Cela engendrerait des gains financiers importants pour les riverains.

Les entreprises ont également un rôle important à jouer. “Trop peu d’entreprises profitent de la possibilité de devenir producteur d’énergie renouvelable”. Pour elles, l’objectif est de réduire de plus de 8000 tonnes leurs émissions de CO2. Bref, la mission est importante et aura un impact tant financier que social et environnemental.