La péniche en feu

F. D. Publié le - Mis à jour le

Vidéo
Charleroi-Centre

Samuel Magal vivait dans ce bateau résidentiel depuis 12 ans

MARCHIENNE-AU-PONT Ce n’est pas parce que l’on vit sur l’eau que l’on est à l’abri des incendies. Samuel Magal, qui vivait depuis 12 ans sur une péniche amarrée à la darse de Marchienne-au-Pont, en a fait la pénible expérience, ce mercredi après-midi. Son bateau, qu’il avait transformé en lieu de résidence, s’est embrasé comme une torche à la suite d’un incendie accidentel. “J’avais transformé le Gosselien en appartement”, raconte Samuel Magal, des trémolos dans la voix. “La péniche restait à quai depuis lors. C’était ma maison. J’ai tout perdu.”

Le sinistré n’était pas là au moment où l’incendie s’est déclaré, probablement dans les cales à la suite d’un court-circuit. “Je suis revenu vers 11 h et tout était normal. Vers 2 h de l’après-midi, ma voisine est sortie et n’a rien constaté d’inhabituel. Une demi-heure plus tard, des flammes de trois mètres de haut dévoraient le bateau.”

Alertés par le service 100 à 15 h 11, les pompiers de Charleroi n’ont mis que six minutes pour arriver sur les lieux. Un délai ultra-rapide qui a pu paraître très long pour les témoins du sinistre.

Dès leur arrivée, les sapeurs ont arrosé le brasier, sans parvenir à atteindre le foyer situé dans la cale. “Nous avons donc rempli celle-ci de mousse, afin d’étouffer les flammes”, explique le lieutenant Michel Méan. “Tout porte à croire qu’il s’agit d’un incendie accidentel, probablement dû à un court-circuit.” Samuel Magal, lui, n’a rien pu faire d’autres que regarder les douze dernières années de sa vie s’envoler en fumée.



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner