Charleroi-Centre L’ancien grand espoir du ping belge doit devenir le nouveau fer de lance des Carolos.

Il ne sera sans doute jamais un Jean-Michel Saive (qui pourrait l’être d’ailleurs ?), mais il a tout de même une belle carte à jouer. Lauric Jean retrouve son club formateur, La Villette Charleroi. Un ancien espoir revient chez un ex-taulier de la discipline. Les deux doivent s’entraider pour briller à nouveau. À 25 ans, l’ancien champion de Belgique arrive avec de l’expérience plein les bagages. En Allemagne notamment, on dit de lui qu’il a pu grandir et mûrir. "C’est le cas", explique Ignacio Martos Sanchez, le responsable sportif du club. "C’est un tout autre joueur. C’est un homme qui revient dans le club de ses premiers exploits. On attend beaucoup de lui. Il est capable de gagner de nombreux matchs. Il doit nous aider à faire les premiers pas vers la victoire ou le nul. L’équipe devra parachever le travail."

C’est très simple, cette saison, La Villette espère obtenir son maintien, le plus rapidement possible, alors que sa star rêve de faire parler de lui au niveau mondial. Si le club parvient à rester au cœur de la Superdivision, il pourra véritablement relancer son projet. "Dans les trois ou quatre ans, l’envie sera de concurrencer le top, afin de jouer le titre de champion de Belgique. Mais pour cela, on doit rester au sein de cette division. On veut construire un projet autour de Lauric Jean. On trouverait alors un second joueur de qualité pour l’épauler. Mais pour cela, il est nécessaire de faire des résultats cette saison."

Le club peut compter sur le retour des sponsors. Il espère que le public sera de la partie. "On a conservé quelques fidèles. Avec les belles affiches, on souhaite attirer 200 personnes à Lodelinsart. On pourra disputer quelques beaux derbies face à une solide équipe de la Palette Castellinoise."

Pour le reste, le groupe est le même que celui de la saison passée. "On y a ajouté un B0, en cas de blessés. L’entraîneur a donc plus de choix."

Outre l’équipe première, le club doit entamer un autre grand chantier. Les jeunes, car on ne peut plus parler d’école de jeunes, sont également une priorité. "On va tout faire pour développer ce pôle. On compte une trentaine de gamins. Des filles commencent à arriver. On va essayer de relancer ce beau projet. C’est important dans un club comme le nôtre. Il faut amener des éléments prometteurs au sein de l’équipe première ou le plus haut possible."